Jean Martin CAFFIN et Jean Martin CAFFIN

Je vous emmène aujourd’hui dans les Yvelines, et plus précisément à Conflans-Sainte-Honorine, à la rencontre de mes ancêtres CAFFIN. Tout commence dans le foyer de Martin CAFFIN et Marie Marguerite LUCAS.

Martin CAFFIN et Marie Marguerite LUCAS

Martin CAFFIN et Marie Marguerite LUCAS se sont mariés le 7 février 1752 à Conflans. Martin y est vigneron.

Marie Marguerite ne tarde pas à mettre au monde un premier enfant, qui naît le 12 janvier 1753 : il s’appellera Jean Martin.

Baptême de Jean Martin CAFFIN à Conflans-Sainte-Honorine – 1753 – AD78

« L’an mil sept cent cinquante trois le treze janvier a été baptisé Jean Martin né d’hyer fils de Martin Caffin vigneron et de Marie Margueritte Lucas son épouse le parein a été Claude Caffin la mareine a été Louise Gabrielle Lucas qui ont declaré ne scavoir signer.« 

Un deuxième enfant, mon ancêtre, vient au monde le 12 mai 1755, et je vous le donne en mille : il s’appellera… Jean Martin aussi ! Vous noterez que c’est complètement gratuit étant donné que son frère aîné est bien vivant et que son parrain ne s’appelait même pas Jean Martin.

Baptême de Jean Martin CAFFIN à Conflans-Sainte-Honorine – 1755 – AD78

« L’an mil sept cent cinquante cinq le treize may a été baptisé Jean Martin né d’hier fils de Martin Caffin et de Marie Marguerite Lucas ses pere et mere la parein a été Jean Germain Lucas qui a signé avec nous la mareine Marie Angelique Victoire Lucas qui a declarée ne scavoir signer.« 

Un troisième suit le 26 mars 1757, mais rassurez-vous, celui-ci sera nommé François. Une petite Marie Marguerite Honorine vient compléter la fratrie le 3 mars 1761 ; elle décédera malheureusement le 15 avril 1767 à l’âge de 6 ans. Les trois garçons parviendront quant à eux à l’âge adulte.

Jean Martin (numéro 1)

Commençons par nous intéresser rapidement à l’aîné, Jean Martin né en 1753. Il épouse Marie Madeleine COCHON le 28 novembre 1780 à Conflans, à l’âge de 27 ans. Je n’ai pas fait de recherches exhaustives sur ce couple, mais il semble qu’ils aient eu au moins six enfants (probablement plus vu l’écart entre les naissances) :

  • Marie Catherine (1781-1781)
  • Marie Opportune (1784)
  • Catherine Denise Victoire (1789-1862)
  • Arnoult Jean Marie (1793-1798)
  • Marie Louise Jeanne (1795-1861)
  • Guillaume Urbain (1797)

Son épouse décède le 10 février 1807. Lui-même s’éteint à Conflans le 24 septembre 1819 à l’âge de 66 ans.

Le partage des biens dépendant de la succession est effectué dès le 22 octobre 1819 devant Me LEFEVRE, notaire à Conflans-Sainte-Honorine. Sont présents les quatre enfants vivants du couple :

  • Denis François CIRJEAN, marchand fruitier à Paris, époux de Marie Opportune CAFFIN
  • Catherine Victoire Denise CAFFIN, épouse de Jean Baptiste FAUCHERON aussi marchand fruitier à Paris
  • Marie Louise Jeanne CAFFIN, épouse de Fidel Amant JOLLIVET, cordonnier à Conflans
  • Guillaume Urbain CAFFIN, vigneron et cultivateur à Conflans

Ils ont réparti les biens paternels et maternels en quatre lots qu’ils ont ensuite tirés au sort. La succession se monte à une valeur totale de 4600F ; elle est constituée de bois, terres, prés, terres d’asperges, vignes, arbres, cerisiers, terre plantée en gland de chêne, jeunes plantes et terrains clos, le tout sis à Conflans, Eragny et Herblay. Il y a également une maison sise à Conflans, lieu-dit la Rue Basse, consistant en une petite cuisine, un cabinet, deux petites chambres au-dessus et un grenier couvert en tuile, avec un autre bâtiment au fond composé d’un cellier, une autre pièce, une grande et une petite chambre lambrissées au premier étage et un grenier, et encore une écurie et une étable à porc, le tout dans une cour close avec porte fermière.

Jean Martin (numéro 2)

Revenons à présent à mon ancêtre, Jean Martin né en 1755.

Il épouse Marie Geneviève Honorine LEPRINCE le 8 janvier 1780 à Conflans à l’âge de 24 ans. Malheureusement ce mariage sera de courte durée : la jeune femme accouche d’un enfant sans vie le 29 mai 1781 et décède quelques semaines plus tard, le 15 juin 1781.

Jean Martin se remarie au bout de quelques mois avec mon ancêtre Clotilde Martine HURE, le 21 janvier 1782. Quatre enfants au moins naîtront de cette union (à l’évidence, il m’en manque aussi, il faudra que j’y revienne !) :

  • François Martin (~1783-1834)
  • Clotilde Adélaïde (1785-1863)
  • Marie Martine (1795-1870)
  • Pierre Louis (1797-1834)

Clotilde Martine HURE décède le 3 octobre 1819 à Conflans (le hasard veut que son acte de décès suit directement celui de Jean Martin numéro 1 dans les registres).

Jean Martin numéro 2 se retrouve donc à nouveau veuf. Il décide de faire donation de ses biens à ses enfants dès le 28 octobre 1819. L’acte est également passé devant Me LEFEVRE :

Martin Caffin, cultivateur, « se voyant dans l’impossibilité de faire valoir tous les biens qu’il a plus a la divine providence lui accorder et conserver sous le rapport de son grand age, et desirant maintenir la bonne intelligence qui n’a cessé de régner parmi ses enfants il avoit proposé a ces derniers de leur faire donation entrevifs et irrévocable a titre onéreux en la meilleure forme que donation puisse être faite.« 

Il fait ainsi donation de ses biens à ses enfants, à savoir François Martin CAFFIN, marchand de volailles à Paris (rue Saint Joseph n°20), Pierre Louis CAFFIN, marchand fruitier à Paris (rue Verderelle n°5), Adélaïde Clotilde CAFFIN épouse de Jean Paul DALLEMAGNE aussi marchand fruitier à Paris (rue Verderelle n°4) et Marie Martine CAFFIN épouse de Nicolas François BATTENDIER commissionnaire à Paris (rue Tiquetonne n°25).

« Laquelle dite donation bien qu’onéreuse pour lesd donataires ne pouvant être refusée par aucune des parties sans manquer a l’honneur & au respect qu’elles doivent a des père et mère qu’aucune d’elles d parties sont loin de vouloir se soustraire à un devoir aussi sacré, & que d’ailleurs en principe de morale publique comme de jurisprudence et encore aux termes des lois il est de toute justice et iquidé que des enfants doivent des alimens a leur père.« 

Les biens donnés sont des terres, vignes, bois, arbres, guigniers (NDLR: ce sont des cerisiers), asperges situés à Conflans, Herblay et Eragny. Le tout représente une surface de 1ha 54a pour une valeur de 1000F. Ses enfants devront en échange s’acquitter d’une rente annuelle de 2F envers la fabrique et église de Conflans-Sainte-Honorine et lui verser annuellement jusqu’à son décès une somme de 240F (soit 60F chacun payable tous les trois mois par terme de 15F). Jean Martin pourra choisir de recevoir ce terme en espèces ou bien de vivre à la table de chacun de ses enfants pendant trois mois.

Le même jour, les enfants en profitent pour régler la succession de leur mère, Clotilde Martine HURE :

  • François Martin CAFFIN rachète à ses frères et sœurs leur part dans un petit jardin contenant 3a 6ca, moyennant 80F.
  • Les quatre enfants vendent par la même occasion à Pierre Nicolas JOLLIVET et son épouse Marie Anne Angélique Geneviève JOLLIVET « une maison sise à Conflans Ste Honorine, lieudit la porte Pontoise consistant par le bas d’une cuisine, chambre et grenier dessus, par derrière les batiments et en retour, un cellier dans lequel une cuve garnie de ses arceaux et de sa planche au dessus un grenier, le tout couvert en tuile, dans l’enfoncement de la cour, une voute et une carrière, étable à porc, ladite cour close et a laquelle on communique par un passage commun traversant la cour de la veuve Martin Marie Jollivet, pour arriver à la rue du Gouffé. » Cette vente est faite moyennant 24F 15c de rente foncière annuelle et perpétuelle, due à M. LELOIR (17F), à M. DEPUSSY (5F 15c) et à la fabrique de Conflans (2F).

J’avoue avoir eu du mal à retrouver la trace de Jean Martin CAFFIN par la suite : il n’est pas décédé à Conflans-Sainte-Honorine et ne figure pas non plus dans les Tables des Successions et Absences de Poissy. Je le soupçonnais fortement d’être décédé à Paris vu que ses quatre enfants y habitaient, mais son acte de décès ne se trouve malheureusement pas dans l’état-civil reconstitué.

J’ai finalement trouvé la clé du mystère avec la mise en ligne des Tables des Successions et Absences de Paris :

Décès de Martin CAFFIN dans les TSA de Paris – 1827 – Archives de Paris

On y apprend que Martin CAFFIN, ancien vigneron, veuf de Clotilde Martine HURE, est décédé rue Saint Joseph n°22 le 30 janvier 1827 à l’âge de 74 ans. Au vu de l’adresse, il vivait très certainement chez son fils aîné François Martin. Je suis bien contente d’avoir résolu cette énigme !

4 réflexions sur “Jean Martin CAFFIN et Jean Martin CAFFIN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s