#Généathème : histoires de remariages

Pour notre plus grand plaisir, l’association Geneatech a relancé les Généathèmes : chaque mois nous est proposé un thème d’écriture pour nous inspirer et faire vivre nos blogs. Le thème de mai 2021 est : Histoires de remariages.

◊◊◊◊◊

Les remariages ne sont pas ce qui manque dans mon arbre généalogique. Mais aujourd’hui je vais vous parler d’un cas un peu particulier de mon arbre : il s’agit du remariage du SOSA 860 de mon fils avec sa SOSA 863. Je vous explique tout cela.

Philibert PORTIER et Jeanne PHILISOT – SOSAs 860 et 861

Philibert PORTIER est né le 5 février 1741 à l’Haut de la Chaux, lieu-dit dépendant de la paroisse de Mhère (58). Ses parents se nomment Antoine PORTIER et Jeanne BERTRAND. A presqu’exactement 20 ans, le 3 février 1761, il épouse Jeanne PHILISOT, du hameau de Prégermain :

Mariage PORTIER-PHILIZOT à Mhère – 1761 – AM de Mhère

« Le mardy trois feuvrier 1761 apres les publications de bans faites par trois dimanches consecutives sans qu’il s’y soit trouvé aucune oppositions, ny empechement canonique ny civile, ont eu la benediction nuptiale après avoir leur consentement de present, Philibert Portier fils mineur de feu Antoine Portier en son vivant manouvrier a l’Au de la Chau et de Jeanne Bertrand ses pere et mere d’une part et Jeanne Felizot aussi fille mineur de Leonard Felizot manouvrier a Pré Germain et de feu Dominique Bonot aussi ses pere et mere d’autre part tous de cette paroisse ledit Philibert Portier authorisé de sa ditte mere et tutrice par le consentement qu’elle m’en a donné et assisté d’Antoine Valet son cousin maternelle de Philibert Nolot son parain et la ditte Jeanne Felizot aussi assistée et authorisée de son dit pere et tuteur, de Pierre Felizot son frere et d’Hugue Miniau son parain tous manouvrier de cette paroisse et temoins requis interpelles qui ont declaré ne seavoir signer de ce enquis.« 

Jeanne va mettre au monde cinq enfants : Marie en 1763, Dominique en 1764, Jeanne en 1767, Pierrette en 1769 et mon ancêtre Pierre (SOSA 430) en 1773.

Mais Jeanne décède le 19 février 1777 à l’âge de 33 ans. Philibert se retrouve donc veuf à 38 ans avec de jeunes enfants à charge.

Pierre BILLARDON et Marie GRAILLOT – SOSAs 862 et 863

Pendant ce temps, au village voisin de Marigny, paroisse de Montreuillon (58), Pierre BILLARDON, né le 13 août 1748, a épousé Marie GRAILLOT, elle-même née le 17 août 1751. Le mariage a été célébré le 31 janvier 1769 :

Mariage BILLARDON-GRAILLOT à Montreuillon – 1769 – AM de Montreuillon

« Ce jourdhuy trente un janvier toutes formalités observées j’ai marié Pierre Billardon avec Marie Graillot en presence de Bernard Billardon pere du garçon et de Philippe Graillot frere majeur de la fille qui ont declaré ne seavoir ecrir enquis.« 

Petite parenthèse : à votre avis, qui est-ce que je préfère entre le curé de Montreuillon et celui de Mhère ? 😦

Mon ancêtre Marie (SOSA 431) naît en 1777. Mais Pierre BILLARDON décède le 27 février 1779 à Blismes, à l’âge de 30 ans, laissant une jeune veuve de 27 ans, qui se trouve être alors enceinte ! Elle accouche d’un petit Léonard le 4 août 1779, qui ne vivra pas un an.

Philibert PORTIER (SOSA 860) et Marie GRAILLOT (SOSA 863)

Philbert PORTIER, veuf de 41 ans demeurant à l’Haut de la Chaux, et Marie GRAILLOT, veuve de 30 ans demeurant à Marigny, vont finir par se remarier ensemble le 5 février 1782 :

Mariage PORTIER-GRAILLOT à Mhère – 1782 – AM de Mhère

« Le cinq fevrier mil sept cent quatre vingt deux après avoir fait les trois publications le six le treize et le vingt janvier sans opposition, et empêchement ny canonique ny civil, et après avoir recu le consentement mutuel de Philibert Portier manouvrier à l’Hault de la Chaux ayant déjà été marié d’une part, et de Marie Graliot vêve en premieres nopces de Pierre Billardon laboureur à Marigni de son vivant ayant déjà été mariée d’autre part.
Je leur ai donné la bénédiction nuptiale ès présence de Philippe Courdaveau beau frère du dit contractant de Jean Tournier neveu du dit contractant de Bernard Graliot frère de la dite contractante de Dominique Graliot aussi son frère qui ont tous déclaré ne seavoir signer de ce enquis.
« 

Le couple avait auparavant établi un contrat de mariage devant le notaire de Montreuillon, en date du 30 janvier 1782 :

Contrat de mariage PORTIER-GRAILLOT à Montreuillon – 1782 – AD58

« Furent present en personnes Phillibert Portier maieur demt a l’Haudelachaux paroisse de Mhere veuf en prem noces de Jeanne Phillizot d’une part
Marie Graillot veuve en prem noces de Pierre Billardon demt a Marigny susditte paroisse de Mhere et St Morice les Monreuillon d’autre part
« 

Ils évaluent leurs meubles et les revenus de leurs immeubles à la somme de 60 livres, qui seront mêlés à leur future communauté (à laquelle appartient également Jeanne BERTRAND, la mère de Philibert encore vivante à cette date), « et comme les futurs ont des enfans de leurs premier mariage savoir laditte future une fille appellé Marie Billiardon, il a été expressément convenu qu’il sera incessamment fait inventaire des effets appt aladitte mineur, qu’ils seront et demeureront en la puissance de sa mère qui est confirmée tutrice par acte judiciere de la chatelnye dudit Monreuillon. » Cet inventaire n’est malheureusement pas conservé avec le contrat.

La future est douée du douaire coutumier ; il est convenu que la fille de l’épouse, la petite Marie BILLARDON, sera nourrie et entretenue jusqu’à ses 14 ans. Quant aux enfants de l’époux, ils acquerront « tête de communauté » au fur et à mesure qu’ils viendront en âge.

La famille recomposée s’installe à l’Haut de la Chaux, chez Philibert. Marie y mettra au monde trois nouveaux enfants : Pierre en 1782, Jeanne en 1784 et Antoine en 1786.

Pierre PORTIER et Marie BILLARDON – SOSAs 430 et 431

Pierre PORTIER, le plus jeune des enfants du premier lit de Philibert, et Marie BILLARDON, fille du premier lit de Marie GRAILLOT, vivent donc sous le même toit depuis le remariage de leurs parents. Lui avait 8 ans lorsqu’il a accueilli sa belle-mère à l’Haut de la Chaux, et Marie avait 4 ans lors de son arrivée.

Le temps passant, les deux jeunes gens ont-ils fini par se rapprocher ? Ou les parents ont-ils un peu forcé la main pour que leurs enfants se marient ensemble afin que les terres restent dans la famille ? Ou peut-être un peu des deux ? Le fait est que Pierre PORTIER et Marie BILLARDON se marient le 16 juin 1793, aux âges respectifs de 19 et 15 ans :

Mariage PORTIER-BILLARDON à Montreuillon – 1793 – AD59

« Cejourdhuy seize juin l’an deux de la Republique française a onze heures du matin pardevant moy Nicolas Javain membre du conseil general de la commune élu le trois decembre dernier pour rédiger les actes de naissances mariages et sepultures des citoyens sont comparus dans la maison commune pour contracter mariage d’une part Pierre Portier fils de Philibert Portier et de deffunte Jeanne Philisot de cette municipalité agée de vingt ans et Marie Billardon fille de furent Pierre Billardon et de Marie Graillot de cette municipalité agée de dix huit ans lesquels ont declarés a haute et intelligible voix vouloir se prendre mutuellement pour époux conformément a la loy je leur ai declaré au nom de la loy quils etaient unis en mariage jen ai dressé le present procès verbal en présence de Philibert Portier pere du marie Philibert Graillot Léonard Billardon et Nicolas Algrin qui ainsy que les Portiers ont déclarés ne savoir ecrir enquis.« 

Six enfants au moins naîtront de cette union, dont la SOSA 215 de mon fils.

Epilogue

Les parents, Philibert PORTIER et Marie GRAILLOT, décéderont respectivement le 16 germinal an IX à Montreuillon (à l’âge de 60 ans) et le 9 décembre 1808 à l’Haut de la Chaux (à l’âge de 57 ans).

Quant aux enfants, après avoir vécu un temps à l’Haut de la Chaux, ils finiront par aller s’installer à Marigny. On les retrouve dans le recensement de Montreuillon en 1820 avec 2 garçons et 3 filles.

Recensement de Montreuillon – 1820 – AD58

Le cadastre, établi en 1830 à Mhère et en 1839 à Montreuillon, m’a permis d’identifier où se situaient leur maison et leurs biens immobiliers. Vu que leurs possessions s’étendent sur plusieurs feuilles du cadastre, je vous propose un « montage-bricolage » pour permettre de visualiser (en marron les terres, en vert clair les prés, en vert foncé les bois, en bleu clair les chènevières – où poussait le chanvre – et en orange le jardin) :

Les possessions de Pierre Portier sur les communes de Mhère et Montreuillon – le village de Marigny est indiqué par un cercle

Un petit zoom sur le village de Marigny permet de mieux visualiser la maison d’habitation, repérée avec une étoile marron foncé, ainsi que les cours et bâtiments, avec des étoiles rouges.

Les possessions de Pierre PORTIER à Marigny – 1839 – AD58

Pierre PORTIER décédera à Marigny le 1er octobre 1841 à 68 ans, et Marie BILLARDON le 9 mars 1853 à l’âge de 75 ans. Ainsi se termine la vie de ces deux ancêtres, dont le couple ne se serait peut-être jamais formé si leurs parents ne s’étaient pas remariés ensemble !

6 réflexions sur “#Généathème : histoires de remariages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s