#lemoisGeneatech – Spécial Saint Valentin

Février 2021 est le mois GeneaTech pendant lequel on met la généalogie à l’honneur ! L’association nous propose un thème par semaine, le second étant « Spécial Saint Valentin. » Vaste thème, le choix du sujet n’a pas été facile en ce qui me concerne. Après moult tergiversations, j’ai choisi de m’intéresser à l’ancêtre s’étant (re)mariée à l’âge le plus avancé. La championne de cette catégorie est Cécile PUVRÉ, sur laquelle j’ai déjà écrit, et c’est donc la deuxième en lice qui va faire l’objet du billet du jour.

Marie Albertine Gabrielle MERLIN

L’héroïne du jour se nomme Marie Albertine Gabrielle MERLIN. Elle est née le 14 mars 1739 à Thivencelle (59), de Pierre Antoine MERLIN, laboureur, et Marie Joseph GODIN.

Baptême de Marie Albertine MERLIN à Thivencelle – 1739 – AD59

« Le quatorze de mars, mil sept cent trente neuf, a trois heures et demis du soire, dans cette eglise fut baptisée Marie Albertine Merlin, née a onze heures du matin le meme jour, fil de Pierre Antoinne laboureur de cette paroisse et de Marie Josephe Godin son espouse legitime ; elle eut pour parain André Alberte du Hos jeusne homme a marier, et pour mareine Marie Gabrielle Drappier femme mariée, tous deux de la paroisse de Condé, lesquels ont signez faisant leur nom, de meme que le père. »

Marie Albertine a au moins deux frères et deux sœurs.

Noces de mercure avec Ernest DUBOIS

Marie Albertine Gabrielle MERLIN épouse à l’âge de 20 ans Ernest DUBOIS, le 8 janvier 1760 à Thivencelle. Ce dernier, âgé de 29 ans, est le fils de Charles DUBOIS et Anne DELATTRE, également du village.

Mariage DUBOIS-MERLIN à Thivencelle – 1760 – AD59

« L’an mil sept cent soixante le huit de janvier apres la publication des trois bans faite dans cette paroisse, dont la premiere le trente de decembre, la deuxieme le premier du present mois, la troisieme le six dudit mois, et aprest avoir pris leurs consentements mutuels et celuy de leurs parents ont etez par nous mariez Erneste Dubois agé de vingt neuf ans fils de feu Charle, et d’Anne Delattre d’une part et Marie Albertine Gabriel Merlin agée de vingt ans fille de feu Pierre Antoine et de Marie Joseph Godin d’autre parte assistés de Pierre Joseph Delattre cousin du mariez de la paroisse de Crepin, de Pierre Francois Merlin frere de la marié, de Jeanne Joseph Rosalie Willaume cousine de la mariéz aussi de la paroisse de Crepin lesquels ont signes de ce interpellé. »

Ce mariage a sans doute été organisé de manière un peu précipitée, car une petite fille va venir au monde six mois à peine après le mariage : Marie Martine naît à Thivencelle le 4 juillet 1760 !

Une deuxième fille suivra trois ans plus tard, mais malheureusement elle décède avant son premier anniversaire : Marie Philippe Joseph naît le 2 septembre 1763 et décède le 27 juin 1764.

Aucun autre enfant ne naîtra par la suite, Marie Martine restera donc fille unique… et très certainement fille adorée. Le 1er mai 1779, ses parents lui font donation de l’ensemble de leurs biens après l’avoir émancipée :

« Furent presens, Erneste Dubois demeurant a Thivencelle, et Marie Albertine Gabriel Merlain son épouse qu’il autorise a l’effet des presentes autorité quelle a declarrée de recevoir pour agreable lesquels pour la bonne amitié quils portent à Marie Martine Dubois leur fille unique, et en vue de luy procurer un etablissement honorable ; ont declarrés et declarent par ces meme presentes de faire donnation d’entre vive remuneratoire et irrevocable, de tous les biens meubles joyaux cattels bestiaux marchandisses dont ils sont presentement en possession nulles exseptés ny reservés c’est que laditte Marie Martine Dubois icy presente et acceptante, et bien et duement emenssippée a loy a ce suffissament agée suivant qu’il appert de l’acte de son emensipation passé a loy pardevant les mayeur et echevins de Thivencelle en datte du trente d’avril dernier a declarré de bien et duement accepeter, pour par icelle en jouir a sa volonté neant moins pour marquer la gratitude, qu’elle doit a ses dits père et mere icy comparens pour laditte donnation d’entre vive, et de l’aventage qui luy en resulte présentement, elle veut bien leur accorder l’usage precaire, et gratuitte, autant quils pouront avoir besoin desdits meubles et effés au susdit usage precaire, et non autrement, de tous quoy les parties comparentes et acceptentes se sont bien, et duement contentés, et ont declarrés de faire la presente donation a bonne et juste cause leallement et sens fraude, et par laditte Martine Dubois a aussy eté declarré d’ainsy l’accepter pour en jouir par elle-même et non pour aller a d’autre main, directement ny indirectement sauf qu’elle n’en puisse disposer par testament contract de mariage ou autrement suivant que les loix et les coustumes peuvent le permettre. »

Donation DUBOIS à Condé-sur-l’Escaut – 1779 – AD59

Marie Martine va suivre les traces de sa mère : elle épousera Jérôme Joseph ALLARD en 1783 à l’âge de 22 ans et mettra au monde sa première fille six mois après le mariage !

Marie Albertine Gabrielle MERLIN et Ernest DUBOIS vont rester mariés 38 ans. C’est ainsi après avoir fêté leurs noces de mercure qu’Ernest s’éteint, le 7 messidor an VI (25/06/1798), à l’âge de 67 ans.

Un deuxième mariage à l’âge de 68 ans

Après neuf ans de veuvage, Marie Albertine Gabrielle MERLIN va épouser un veuf avec enfants, François Ignace BOULIEZ, le 16 septembre 1807. Elle a 68 ans et lui en a 66 !

Mariage BOULIEZ-MERLIN à Thivencelle – 1807 – AD59

« L’an dix huit cent sept le seize septembre a six heures du matin pardevant moi Jean Baptiste Merlin fils maire et officier public de l’Etat civil de la commune de Thivencelle canton de Nord Libre departement du Nord, son comparu François Ignace Bouliez cultivateur né a Valencienne domicilié au Vieux Nord Libre âgé de soixante six ans fils des defunts Jacques Ignace Bouliez et de Marie Anne Routard ses pere et mere et veuf en premiere noce de Marie Josephe Caucheteux d’une part ; et Marie Albertine Gabriel Merlin née a Thivencelle y domiciliée âgée de soixante sept ans menager fille legitime des defunts Pierre Antoine Merlin et de Marie Joseph Godin ses pere et mere et veuve en premier noce d’Ernests Dubois de seconde part […] »

Le « jeune couple » va s’installer à Vieux-Condé (59) chez François Ignace. Mais leur idylle sera brève : François Ignace BOULIEZ s’éteint le 1er octobre 1811 à l’âge de 70 ans, après seulement 4 ans de mariage.

Un troisième mariage à l’âge de 73 ans

Marie Albertine Gabrielle MERLIN n’attendra cette fois qu’un peu plus d’un an avant de se remarier : elle épouse Jean Baptiste MAÇON le 20 janvier 1813 à Thivencelle à l’âge de 73 ans. Le jeune marié, veuf lui aussi, en a 79 !

Mariage MAÇON-MERLIN à Thivencelle – 1813 – AD59

« L’an mil huit cent treize le sept du mois de janvier a neuf heures du matin pardevant nous JBMerlin maire officier de l’etat civil de la commune de Thivencelles canton de Condé departement du Nord sont comparus Jean Baptiste Masson age de soixante dix neuf ans comme il est constaté par l’acte de naissance delivré a la mairie d’Escaupont le huit janvier mil huit cent treize proprietaire domicilié en cette ditte commune et fils de sieur Louis Maçon menagé et Marie Joseph Dupriez ses pere et mere decede audit lieu veuf de feu Angelique Pierar decedee a Escaupont le vingt sept du mois de mars de l’an mil huit cent huit comme il est constaté par l’acte de décès delivré a la mairie d’Escaupont le huit janvier mil huit cent treize d’une part et de la dame Marie Albertine Merlin agée de soixante treize ans cultivatrice domiciliée a Thivencelle fille des feus Pierre Antoine Merlin et Marie Joseph Dubois ses pere et mere decede a Thivencelles et veuve de feu Jean Francois Boullié cultivateur decedé au Vieux Condé le premier du mois d’octobre de l’an mil huit cent onze comme il est constaté par l’acte de deces delivré à la mairie de Vieux Condé le sept du mois de janvier de l’an mil huit cent treize, d’autre part […] »

Ce troisième mariage durera tout de même cinq ans.

Thivencelle, Vieux-Condé et Escaupont sur la carte de Cassini – Geoportail

Epilogue

C’est le 14 février 1818 que Marie Albertine Gabrielle MERLIN décède, âgée de 78 ans, à Vieux-Condé, après un cumul de 47 ans de mariage. Pour ceux qui en douteraient, ce n’est pas ce décès le jour de la Saint Valentin qui m’a fait choisir cette ancêtre aujourd’hui, je ne me suis rendu compte de cet heureux hasard que lors de la rédaction de mon article…

J’espère en tout cas que ses trois mariages auront été aussi heureux que possible !

Décès de Marie Albertine Gabrielle MERLIN à Vieux-Condé – 1818 – AD59

« L’an mil huit cent dix huit, le quatorze du mois de fevrier à trois heures de relevée pardevant nous François Joseph Boisseau maire de la commune du Vieux-Condé canton de Condé département du Nord officier de l’Etat Civil sont comparus Augustin Caucheteux agé de cinquante trois ans, cultivateur domicilié au hameau de Rengie dépendance de cette commune du Vieux-Condé et François Demarcq agé de cinquante ans cultivateur aussi domicilié audit hameau de Rengie dépendance de la commune d’Hergnies, lesquels nous ont déclaré qu’aujourd’hui à dix heures du matin est décédée Marie Albertine Gabriel Merlin agée de soixante dix huit ans, ménagère née en la commune de Thivencelle, domiciliée en cette commune du Vieux-Condé, veuve en premieres noces d’Ernest Dubois, en secondes noces de François Ignace Bouillez et epouse en troisieme noces de Jean Baptiste Maçon propriétaire domicilié en la commune d’Escaupont et que le décès a eu lieu en la maison du premier comparant sise au hameau de Renie dépendance de cette ditte Commune du Vieux-Condé de laquelle ledit François Demarcq nous a declaré être proche voisin et a signé avec nous le présent acte après lecture le premier comparant a declaré ne savoir signer. »

C’est son troisième époux qui se chargera de la déclaration de décès auprès du bureau de l’enregistrement de Condé le 20 octobre 1818 :

Déclaration de décès de Marie Albertine Gabrielle MERLIN – 1818 – AD59

« Est comparu Jean Baptiste Masson, manouvrier domicilié à Vieux-Condé, lequel a déclaré que par le décès de Marie Albertine Merlin, son épouse, arrivé audit lieu le quatorze fevrier 1878, & en vertu de la coutume de Hainaut, il avait recueilli les habillements, hardes & linges servant au corps de la défunte estimé à quarante francs cy
Dont moitié lui appartient
Droit à 1 & ½ % Reçu trente centimes
Demi droit en sus Reçu quinze centimes
Lesquels biens sont tous ceux qui lui sont échus sans aucune omission ; déclarant qu’il ne dépend de ladite succession aucun autre bien dont les droits soient dus dans ce bureau que ceux susdésignés & que l’estimation qu’il en a faite est sincère & véritable, se soumettant en cas d’omission ou de fausse évaluation à la peine portée par la loi & a déclaré ne savoir signer
. »

Jean Baptiste MAÇON décédera deux ans plus tard, le 24 mars 1820 à Escaupont.

10 réflexions sur “#lemoisGeneatech – Spécial Saint Valentin

  1. Sofinette13

    A l’époque, on ne pouvait pas vivre « en ménage » sans être mariée mais bon elle avait la santé cette petite dame 🙂 Mais bon, peut-être qu’après avoir légué tous ses biens à sa fille unique, avait-elle besoin d’un compagnon pour subvenir à ses besoins après son / ses veuvages !

    Aimé par 1 personne

  2. wolfram2011

    Même si il n’y a pas forcément d’amour pour ces deux derniers mariages (mais qui sait), il est toujours plus réconfortant de vivre à deux que seul. C’est sans une une des raisons de ces mariages tardifs qui, j’espère, furent heureux.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s