#lemoisGeneatech – Une source peu connue (2)

Février 2021 est le mois GeneaTech pendant lequel on met la généalogie à l’honneur ! L’association nous propose un thème par semaine, le premier étant « Présentez une source peu ou pas connue. » J’ai déjà proposé un premier billet sur ce thème, et je n’avais pas prévu d’en écrire un deuxième… mais c’était sans compter une inspiration de dernière minute !

Le Patrimoine Numérique de la Médiathèque Simone Veil

Céline, du blog L’univers de Céline, a rédigé un billet sur la Bibliothèque Municipale de Reims (grâce auquel j’ai d’ailleurs fait quelques découvertes intéressantes sur mes ancêtres). Ce qui m’a naturellement fait penser à la Médiathèque Simone Veil de Valenciennes… et à son portail Patrimoine Numérique.

Ce portail est particulièrement intéressant pour les généalogistes, étant donné qu’on y trouve des cartes et plans, des titres de presse ancienne numérisés, mais également un espace dédié à la généalogie :

L’espace Généalogie du Patrimoine Numérique de la Médiathèque Simone Veil

Les dénombrements de Magalotti

Et c’est plus spécifiquement des dénombrements de Magalotti que je souhaite vous parler aujourd’hui. Voici le descriptif du fonds :

Commandés par le gouverneur de la ville Bardo Bardi Magalotti, les recensements de 1693 et 1700 donnent un état précis de la population de Valenciennes et de sa banlieue à la fin du XVIIIe siècle.
Nommé par Louis XIV gouverneur de Valenciennes dès la prise de ville par les troupes françaises en 1677, Bardo Bardi Magalotti commanda plusieurs recensements à quelques années d’intervalle afin d’avoir une connaissance exacte de la population des territoires nouvellement annexés par la France. Réalisés à des fins essentiellement militaires, ces décomptes méticuleux permettaient en cas de siège, de connaître le nombre de personnes à nourrir, non seulement les habitants de la ville mais aussi ceux des villages alentours susceptibles de se réfugier à l’intérieur des remparts.
Les dénombrements veulent donner un « état au vrai » de la population. Ils ont été élaborés en suivant fidèlement les recommandations définies par Vauban dans sa Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples, publiée en 1686. Rue par rue, maison par maison, sont indiqués les nom, prénom et profession du chef de famille ainsi que le nombre des personnes composant le foyer, classées par catégorie : femme, grand garçon (de plus de 15 ans), petit garçon, grande fille (de plus de 13 ans), petite fille, valet et servante.
Un dénombrement de 1693 est conservé à la Bibliothèque nationale de France, un autre, commandé en 1700, est conservé dans le fonds des Archives municipales de Valenciennes. Un troisième dénombrement de la population valenciennoise de ce type, commandé en 1686, est quant à lui conservé à la Bibliothèque de l’Institut sous la cote ms 364.

Je pense que ce descriptif suffira à vous faire comprendre l’intérêt de ces documents : nous avons là des recensements exhaustifs des foyers du Valenciennois à la fin du XVIIe siècle, avec le nombre d’enfants, de valets et servantes, mais également le nombre de charrues, chevaux et carrosses, bêtes à cornes et moutons possédés par chacune des familles !

Page choisie au hasard du dénombrement de 1700

Encore mieux, et comme vous l’aurez compris grâce au descriptif, ces dénombrements ne concernent pas que la ville de Valenciennes, mais aussi tous les environs. Sont couverts :

  • la ville de Valenciennes (186 rues)
  • ses 7 faubourgs : faubourg Cardon, faubourg de Mons, faubourg de Tournai, Poterne et Saint Roch, Saint Waast le Haut, faubourg Notre Dame, faubourg de Cambrai
  • les 4 villages de la banlieue : Marly, la Briquette, Anzin et Saint Saulve
  • la prévôté, le comté et la terre franche de Raismes : Beuvrages, Aulnoy-lès-Valenciennes, Aubry-du-Hainaut (et son château), Fontenelle, Maing, Saultain, Trith-Saint-Léger, Famars (et son château), Etreux, Préseau (et son château), Bruay-sur-l’Escaut, Vicoigne (et son abbaye), Onnaing, Curgies, Artres, Escautpont, Quérénaing (et son château), Vicq, Fresnes-sur-Escaut, Quarouble, Monchaux-sur-Ecaillon, Sebourg (et son château), Sebourquiaux, Rombies, Verchain-Maugré, Quiévrechain (et son château), Crespin (et son abbaye), Raismes (et son château).
Zone couverte par les dénombrements de Magalotti

Alors si vous avez des ancêtres dans ces communes du Valenciennois, courez consulter les dénombrements de Magalotti, c’est une opportunité unique de découvrir des détails sur la vie de vos ancêtres de la fin du XVIIe siècle ! Moi, c’est déjà fait.

11 réflexions sur “#lemoisGeneatech – Une source peu connue (2)

  1. J’ai déjà pesté contre mes ancêtres au moment de ta première publication sur le registre Magalotti. Cela n’a pas encore porté ses fruits puisqu’aucun ascendant valenciennois ne s’est encore manifesté à ce jour dans mes branches 😦 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s