Mes premiers pas en généalogie génétique

J’ai mis longtemps à me décider avant de faire un test ADN à visée généalogique, mais j’ai finalement franchi le pas à l’automne. J’ai reçu les résultats concernant mon conjoint et moi-même alors que le ChallengeAZ battait son plein. Et je vous propose donc aujourd’hui un premier article sur ce thème. D’autres suivront, mettant en avant mes premières réussites et mes difficultés. Je n’expliquerai pas ici les termes techniques et le fonctionnement des outils, d’autres l’ayant déjà fait bien mieux que je n’aurais pu le faire moi-même. N’hésitez pas à aller consulter par exemple les articles de Brigitte sur son blog Chroniques d’Antan et d’Ailleurs si vous avez des questions techniques !

Les origines ethniques

La première chose que l’on regarde lorsque l’on reçoit ses résultats, ce sont les origines ethniques (bien qu’elles ne soient pas très utiles d’un point de vue généalogique la plupart du temps). En l’occurrence, je n’ai pas eu de grosses surprises de ce point de vue là, comme vous allez le voir.

Commençons par mon conjoint. Si je prends ses 64 ancêtres à la G7, la généalogie traditionnelle me donne : 31 ancêtres belges (48%), 11 ancêtres du Nord (17%), 16 ancêtres polonais (25%), et 6 ancêtres non identifiés (4 correspondant à un père inconnu à Paris à la G5 et 2 correspondant à un enfant abandonné à Valenciennes à la G6). Génétiquement parlant, on peut mettre dans le même panier les nordistes et les belges, et je joindrais à ce groupe les parents de l’enfant abandonné à Valenciennes que l’on peut supposer venir de la région également. Ce qui donne en résumé : 69% Nord-Belgique ; 25% Pologne ; 6% inconnu (car pour le coup, un père inconnu à Paris en 1890 peut vraiment venir de n’importe où !).

Voyons maintenant ce que donne MyHeritage. 100% européen, réparti comme suit : 30% Peuple des Balkans ; 26% Ouest et nord-européen ; 26% Anglais ; 13% Scandinave ; 2% Ibère ; 2% Finlandais. On retrouve nos polonais dans les Balkans, nos nordistes et nos belges en Europe de l’Ouest, en Angleterre et en Scandinavie, et on ne peut rien dire d’évident sur notre père inconnu. En résumé, tout va bien.

Origines ethniques de mon conjoint sur MyHeritage

Passons à présent à moi. Si on fait le même exercice en commençant par la généalogie traditionnelle, on se retrouve à la G7 avec : 16 ancêtres portugais, 16 ancêtres dans la Nièvre, 6 ancêtres dans le Limousin, 8 ancêtres en Auvergne, 2 dans les Yvelines, 2 en Alsace, 2 dans le Loiret, 2 en Essonne, 4 dans la Marne, 2 dans la Meuse, 1 dans l’Aisne, 1 dans les Ardennes et 2 inconnus (tous les deux dans le limousin dont un soupçonné corse). Oui je sais, de mon côté c’est compliqué… Essayons-nous aux regroupements : on a donc 25% Portugal ; 25% Bourgogne ; 23% Auvergne-Limousin ; 9% Centre-Ile-de-France ; 16% Grand-Est élargi ; 2% inconnu peut-être corse.

Allons-maintenant faire un tour du côté de MyHeritage. 100% européenne dont : 47% Ouest et nord-européen ; 44% Ibère ; 7% Italien ; 3% Européen de l’Est. Nos Portugais et une partie des français (limousins, auvergnats et/ou bourguignons probablement) se retrouvent Ibères ; les autres français se retrouvent ouest-européens ; et j’ai 7% d’Italiens qui rendent mon hypothèse corse viable, mais qui pourraient aussi sans doute s’expliquer autrement. Donc tout va bien également.

Mes origines ethniques sur MyHeritage

Les correspondances ADN

Passons maintenant aux correspondances ADN. De ce côté là nous sommes relativement bien fournis : 1895 correspondances pour Monsieur et 1299 pour moi. Mais tout est loin d’être exploitable bien évidemment.

Pour se faire une petite idée de la « qualité » des correspondances : du côté de mon conjoint, il a seulement 4 correspondances à plus de 50cM (la meilleure à 60cM) et 10 correspondances entre 40 et 50cM. Et en ce qui me concerne, j’ai 8 correspondances à plus de 50cM (la meilleure à 70cM) et 6 correspondances entre 40 et 50cM. Bien sûr certaines correspondances plus faibles sont également exploitables, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, c’est juste pour donner un ordre de grandeur.

Je me suis donc attelée à la tâche d’explorer ces correspondances pour voir par où on cousinait, avec plus ou moins de succès. Un mois après avoir reçu les résultats, voici mon bilan.

J’ai validé 6 correspondances MyHeritage du côté de mon conjoint (4 côté belge et 2 dans le Nord), avec des ADN partagés entre 30 et 48cM. Les liens sont relativement éloignés (3C2R pour le plus proche, 7C1R pour le plus éloigné). A quoi il faut ajouter une autre correspondance sur Geneanet (6C2R). J’ai aussi connu quelques échecs cuisants, sur lesquels je reviendrai dans un autre billet. Voilà ce que ça donne sur DNA painter (il y a une belle marge de progrès !) :

Statut sur DNAPainter des correspondances validées pour mon conjoint

En ce qui me concerne, j’ai pu confirmer 13 correspondances sur MyHeritage (6 dans la Marne, 2 en Alsace, 2 en Auvergne, 1 dans le Limousin, 1 dans la Nièvre, 1 dans l’Essonne), avec des ADN partagés entre 10 et 70cM, ce qui donne les relations entre 2C1R (de loin la plus proche !) et 8C1R. A quoi il faut également ajouter une correspondance sur Geneanet (7C). J’ai aussi beaucoup de correspondances côté Portugal, mais il m’a pour l’instant été impossible d’avancer de ce côté-là (il est impossible de se baser sur d’éventuels patronymes en commun vu les particularités de la transmission des noms de famille au Portugal, ce qui n’aide pas). J’ai regroupé ces correspondances sous un ancêtre « non identifié Portugal » sur DNAPainter (en orange foncé), ce qui permet de meubler un peu :

Statut sur DNAPainter des correspondances validées (ou presque…) pour moi

Voilà pour ce premier billet concernant mes débuts sur les recherches ADN. Deux autres viendront le compléter prochainement !

16 réflexions sur “Mes premiers pas en généalogie génétique

  1. Sacré premier bilan, Christelle
    Je suis très jalouse, je suis très très loin d’avoir autant de correspondance, ni du côté de mon mari, ni de mon coté.
    Et j’ai validé proportionnellement beaucoup moins de correspondances. Tes correspondants avaient des arbres en ligne ? Ils faisaient de la généalogie et ils t’ont répondu ? J’essaie de comprendre pourquoi j’ai autant de mal à valider plus de correspondances 🙂 surtout du côté de mon mari, où je n’ai qu’une seule validation en 4 ans ….

    Alors encore bravo

    Aimé par 1 personne

    1. Comme je te disais sur Twitter, l’échantillonnage est très biaisé en fonction des pays voire régions où ce type de test est plus ou moins populaire…
      Pour les correspondances validées c’est très très variables. Certains avaient de vrais arbres en ligne (pas toujours très bien complétés mais déjà très confortables pour travailler), d’autres ont répondu aux mails avec quelques infos, d’autres avaient juste une ébauche (parents / grands-parents) mais qui m’a permis de retomber sur mes pattes en passant par la base INSEE.
      Et pour d’autres malheureusement, pas d’arbre et pas de réponse 😕

      J'aime

  2. Solène Capet

    C’est passionnant ! Je me pose moi-même la question de savoir si je vais sauter le pas ou non mais je ne suis pas très chaude pour confier mon adn à je ne sais qui…
    En revanche, ton article est très intéressant ! C’est rassurant de voir que le comparatif entre origines en généalogie traditionnelle et génétique est si proche. Je ne te cache pas par contre que dans la suite de ton article je n’ai pas compris la signification des chiffres (2CR1 ; C7…) et je vais devoir suivre les liens que tu as mis pour en savoir plus ! 😁 Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Solène ! J’ai longtemps hésité à vrai dire, mais sans regret jusque là. Pour les chiffres à la fin, c’est la notation anglo-saxonne des degrés de cousinage, c’est très pratique et on n’a pas cela en français (une fois qu’on a dit cousins germains, issus de germains ou à la mode de Bretagne, difficile de décrire les cousinages plus lointains 🤣).

      J'aime

    2. sofinette13

      Pareil que vous Solène, ça fait réfléchir, c’est quand même bien plus important que sa carte d’identité et quand on voit les usurpations qu’il y a ! Alors laisser « trainer » mon ADN dans un labo anonyme en ligne… 😦
      Mais bravo Christelle pour ces débuts prometteurs !

      Aimé par 1 personne

  3. Un article très instructif Christelle sur tes premiers pas en généalogie génétique ! Bravo en tout cas car tu as déjà l’air de bien maîtriser le sujet. J’ai beaucoup aimé ton article mais étonnamment, je reste encore frileux à passer le pas. Sans doute que pour l’instant, je n’y vois pas trop d’intérêt. (et au fait : bonne année 🙂 )

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Sébastien, meilleurs vœux à toi aussi ! Je ne cherchais rien de particulier en faisant ce test, mais finalement j’ai trouvé plein de choses donc je ne regrette pas (article de samedi prochain 😉). Mais je comprends ta réticence, j’ai eu la même pendant longtemps…

      J'aime

  4. Super ces billets d’une deuxième spécialiste ADN après Brigitte qui entrent en scène. Je lis tout cela avec un grand intérêt, et je pleure quand je vois sous mes correspondances « apparaît dans un arbre généalogique avec une personne qu’il gère »… J’attends avec impatience la suite de tes aventures dans ce domaine !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Olympe, meilleurs vœux à toi aussi ! J’ai longtemps été dans le camp des pas convaincus donc je comprends tout à fait, mais c’est super intéressant je confirme. Mon billet de la semaine prochaine devrait t’intéresser 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s