F comme Folie – Sobral (Portugal)

Mon challengeAZ 2020 a pour thème les actes de sépulture et leurs mentions insolites. Pour cette lettre F, je vous parle de la Folie de Manoel MARQUES NETO.

L’acte de sépulture

Commençons par l’acte brut, que l’on retrouve dans les registres BMS de Sobral (Portugal) en date du 7 février 1775 :

1775-02-07 décès Manoel Marques Neto
Acte de sépulture de Manoel MARQUES NETO à Sobral – 1775 – tombo.pt

« Em os outo digo sete dias do mes de fevereyro de mil sete centos e setenta e sinco annos faleceo da vida prezente Manoel Marques Netto do lugar de Riomilheyro desta freguezia e foy sepultado dentro da igreja e para constar fis este assento que asignei dia mes e era ut supra.
Declaro que o defunto supra somente recebeo o sacramento da extrema unção que lhe foy applicado sub conditione por ter estado havia munto tempo fatuo, e privado do juizo, e recomendando eu aos domesticos e asystentes que se ovissem com posse sui ou de noute ou de dia me viessem dar parte para o hir confessar, e sobrevivendo ainda quinze dias dentro dos quais o foy vizitar duas vezes o Rdo emcomendado repetindo a recomendação supra faleceo sem ter tornar a seo juizo, e para constar fis esta adiçam dia ut supra. »

Dont voici la traduction :

« Le huit je veux dire le sept du mois de février mil sept cent soixante quinze est décédé Manoel Marques Netto du lieu de Riomilheiro de cette paroisse et fut inhumé dans l’église de quoi j’ai dressé acte que j’ai signé les jour mois et an que dessus.
Je déclare que le défunt ci-dessus a seulement reçu le sacrement de l’extrême onction qui lui a été appliqué sous condition, pour avoir été depuis longtemps délirant, et privé de jugement, et j’ai recommandé à sa famille et serviteurs que s’ils entendaient [???], que ce soit de jour ou de nuit, ils viennent m’avertir pour que j’aille le confesser, et ayant survécu encore quinze jours pendant lesquels le Révérend est allé le visiter deux fois, répétant la recommandation ci-dessus, il est décédé sans retrouver son jugement, de tout quoi j’ai fait cette addition le jour ci-dessus. »

Le protagoniste : Manoel MARQUES NETO, SOSA 776

Manoel MARQUES NETO est né le 11 septembre 1695 au hameau de Rio Milheiro, dépendant de la paroisse de Sobral (concelho de Mortágua au Portugal). Ses parents sont Antonio FERNANDES et Maria FRANCISCA.

Manoel épouse Gracia JOÃO, fille de Manoel FERNANDES et de Maria JOÃO, le 13 janvier 1717 à Sobral. Je leur connais quatre enfants : Maria (1718), Isabel (1721), Manoel (1723) et João (1726).

Gracia décède le 27 décembre 1757 à Rio Milheiro. Manoel va lui survivre plus de seize ans.

Retour sur les circonstances du décès

En 1775, Manoel est âgé de 79 ans.

Plusieurs semaines avant son décès, il semble avoir complètement perdu la raison, au point que le curé s’est trouvé incapable de le confesser et de lui administrer les sacrements. Le prêtre nous offre alors un compte-rendu détaillé de la situation : il a tenté sa chance à plusieurs reprises, a laissé des consignes pour être appelé au cas où le vieil homme montre un signe de raison, et ce quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.

Malheureusement ce moment n’arrivera pas, et Manoel meurt sans s’être confessé…

26 réflexions sur “F comme Folie – Sobral (Portugal)

  1. Voici un cas que je n’ai jamais vu dans un registre de sépulture ! Encore une fois, le prêtre devait justifiait de l’inhumation dans l’église malgré l’absence de confession, ce qui nous arrangé bien au final, pour nous généalogiste !

    Aimé par 1 personne

  2. wolfram2011

    Encore un cas étrange. Visiblement la folie était relativement récente, surement liée à la cause de sa mort, ce qui ne me fait pas pencher vers de la démence sénile. Je sais qu’il peut y avoir des hallucinations et une perte de la cohérence lorsque certains organes flanchent, comme les reins. Rien ne pourra jamais le prouver mais c’est une piste à garder en tête.

    Aimé par 1 personne

  3. Graphistory

    Ce qui est bien avec ton thème, c’est qu’on est plongé dans la vie des personnes au-delà des données et des chiffres, il y a un côté très humain. J’ai vraiment ressenti de l’empathie pour Manoel en lisant ton article, et ça me donne même envie d’en écrire un sur la santé mentale dans l’histoire et la généalogie. Et merci pour ce voyage au Portugal, un pays que je connais mal 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s