#RDVAncestral – Le dernier acte de Marie LEFIOT

Le #RDVAncestral est un projet d’écriture mêlant littérature et généalogie, dont la règle du jeu est la suivante : Je me transporte dans son époque et je rencontre un aïeul. Ce rendez-vous a lieu tous les troisièmes samedis du mois.

◊◊◊◊◊

Le mois de septembre est arrivé, mettant fin aux vacances… et aux températures estivales. J’avoue que je ne me plains pas, ayant du mal à supporter les grosses chaleurs. Je m’assois au calme dans le fauteuil du salon et je ferme les yeux.

Je sens alors un vent frais dans mon cou et dans mon dos. J’ouvre les yeux pour essayer de savoir où et quand mon #RDVAncestral m’attend. Je suis dehors, et à l’évidence je suis à nouveau dans le Morvan, à l’orée d’un hameau. L’automne est beaucoup plus avancée que lorsque je me suis endormie, il semble que novembre ne soit plus très loin. Quant à l’année… difficile à dire pour l’instant.

J’aperçois alors quatre hommes qui s’avancent sur le chemin. Ils passent devant moi, semble-t-il sans me voir. Soit, je décide de leur emboîter le pas. Je comprends vite à leur conversation qu’il s’agit là du notaire de Vauclaix (58), accompagné de ses deux témoins habituels. Quant au quatrième, âgé d’une trentaine d’années, c’est celui qui est allé les chercher, et qui les conduit à présent dans sa demeure.

Nous arrivons. L’homme entre, faisant signe aux trois autres de le suivre. Je m’engouffre derrière eux. Il me faut quelques minutes pour m’habituer à la relative obscurité qui règne dans la pièce, mais bientôt j’y vois clair à nouveau. Un autre homme, à peine plus jeune est assis à la table. Deux femmes, sans doute leurs épouses, s’affairent dans la cuisine. A l’arrivée du notaire, elles s’approchent pour le saluer, puis sortent dans la cour pour s’occuper des volailles (et sans doute surtout pour laisser les hommes seuls).

Enfin, seuls, c’est un grand mot, car c’est à présent sur une femme d’un certain âge que toutes les attentions se sont portées. En la voyant, je ressens au fond de moi qu’il s’agit de mon ancêtre, même si je ne sais pas encore de laquelle il s’agit. L’homme qui était allé quérir le notaire la regarde d’un air soucieux. C’est vrai qu’elle n’a pas l’air au mieux.

– Ca va depuis que je suis parti ?, demande-t-il à celle qui est très certainement sa mère.

Mais oui Pierre, ne t’inquiète pas pour moi. Claudine, Jeanne et Jean se sont bien occupés de moi, et puis, je ne suis pas à l’agonie.

Elle se tourne à présent vers le notaire et ses deux acolytes.

Merci Messieurs d’avoir fait le déplacement jusqu’à Lavault. J’aurais déjà dû vous faire venir avant, mais les jours passent et on a toujours des choses à faire… Mais bon, vous êtes là, c’est très bien.

J’ai maintenant un lieu et des prénoms. Je tourne et je retourne toutes ces informations dans ma tête, et j’arrive bientôt à une conclusion : je suis à Lavault, paroisse de Gâcogne (58), devant mon ancêtre Marie LEFIOT, veuve d’Edmé RENAULT. Les jeunes hommes sont ses fils : Pierre, époux de Claudine POITREAU, et Jean, époux de Jeanne THIEBLOT. Aucun des deux n’est mon ancêtre, car je descends de leur sœur aînée, prénommée Claudine. Et si mes calculs sont bons, je suis en 1783 : Marie a 63 ans, et cela fait déjà 20 ans qu’elle est veuve !

Je me reconcentre sur mon ancêtre. Le notaire s’est à présent installé, et il a sorti un feuillet et sa plume. Marie souhaite-t-elle rédiger son testament ? Ce n’est pas si sûr…

J’imagine que Pierre vous a expliqué pourquoi vous êtes là Maître ?

En effet, c’est pour une quittance, c’est bien ça ?

Oui, exactement. Nous avons dissous notre communauté à la Saint Jean Baptiste de l’an dernier, lorsque les jeunes ont quitté la maison de Jailly pour s’installer ici. Ils m’ont bien donné ma part des meubles, mais jusque là je ne leur en avais pas donné quittance. Comme ça ce sera chose faite.

Très bien, laissez-moi noter tout ça. Mais, avant cela : je suis surpris de vous trouver ici à Lavault plutôt qu’à Jailly ?

Jailly et Lavault sur la carte de Cassini – Géoportail

Ah, oui. Ce n’est que provisoire… J’étais toute seule à Jailly, sans personne pour s’occuper de moi. Vu que je suis bien indisposée en ce moment, mes fils et mes brus ont bien voulu m’accueillir chez eux et prendre soin de moi le temps que je me remette.

Pierre s’immisce alors dans la conversation.

A ce propos Maître, est-ce que vous pouvez noter aussi dans l’acte que notre mère a amené quelques meubles ici le temps de sa convalescence ? Elle a amené de Jailly un petit lit, un mauvais coffre, quelques ustensiles de cuisine et ses habits. Elle les reprendra avec elle quand elle sera rétablie.

Je note ça tout de suite.

Peut-être que ce n’est qu’une impression, mais il me semble que Pierre avait la gorge nouée en prononçant ces derniers mots. La luminosité ne me permet pas d’en être sûre, mais je ne serais pas étonnée que ses yeux soient humides…

Je m’apprête à les quitter pour revenir au XXIe siècle. Je m’attarde sur Marie. Malheureusement, le pressentiment de son fils est justifié. Je vois sur le feuillet que le notaire a commencé à noircir que nous somme le 28 octobre 1783. Marie s’éteindra le 6 novembre…

◊◊◊◊◊

Cejourd’huy vingt huit octobre mil sept cent quatre vingt trois, avant midy, au village de Lavault paroisse de Gacogne, maison qu’aucupe Pierre Renault lab y demt ou nous notaire royal soussigné resident et établit a Vaucloix recu et immatricullé au baillage royal du nivernois et siege presidial de la ville de St Pierre le Moutier, nous sommes transportés avec les témoins ci bas nommés et soussignés a la requisition dudit Pierre Renault,
Fut presente en personne Marie Lefiot veuve d’Emé Renault vivant mre demt actuellement lad Lefiot en ce lieu accause de son indisposition, quil la obligée de si retirée de lagrement dud Pierre Renault et autres ses enfans et brus, qu’ils luy procurent les soins necessaires et ci devant seule dans sa maison a Jailly susditte paroisse de Gacogne ou elle n’avoit personne pour avoir soin d’elle, laquelle a volontairement déclaré reconnu et confessé avoir recu avant ces presentes de Pierre et Jean Renault ses fils, en nature, sont septième de tous les meubles meublans, bestiaux, titres papiers et generallement quelconques, qui luy revenoit dans la communauté qui a cidevant regné entre eux et les autres de ses enfans, laquelle communauté est dissoute depuis la St Jean Baptiste mil sept cent quatre vingt deux, desquels meubles et effets mobiliers, que les parties ont evalués la somme de vingt livres, laditte Marie Lefiot en tient quitte et décharge lesd Pierre et Jean Renault ses fils et tous autres, reconnoissent iceux Pierre et Jean Renault que lad Lefiot leur mère a chez eux un petit lit un mauvais cofre, une caudiere d’un seau et une autre petite, plus une poile, une futaille, un gros, un petit pot une ecuelle une culiere et des habits servant a son usage, quelle reprendra lors qu’elle sera retablie pour retourner dans sa maison.
Tout ce que dessus a été présentement et respectivement stipullé consentis et accepté par les parties dont acte car ainsy & fait lu et passé lesdits jour lieu et an que dessus presence de Pierre Davault fossoyeur et François Gauthé menuisier témoins requis demt au lieu et paroisse de Vaucloix qui ont signé avec nous les parties ayant déclarés ne savoir signer de ce duement enquis interpellés et soit c[ontr]ollé.

12 réflexions sur “#RDVAncestral – Le dernier acte de Marie LEFIOT

  1. Gilles LABEEUW

    Bonjour Christelle,

    Nous sommes heureux de voir que tu as gardé ton dynamisme creatif. Nous avions été moins impressionnés par le récital précédent. Celui-ci est plus émouvant et – c’est triste a dire – un peu dans l’atmosphère actuelle. C’est donc bien un RDV.

    Amitiés a toi, Loic et Vivien,

    Gilles (et Arlette pas loin)

    PS tes petits trefles a 4 feuilles n’ont rien donne, helas. Nous esperons aussi que tes conditions de travail et sante de ta societe tiennent le coup.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Gilles et Arlette,
      Merci pour ce petit coucou sur le blog ! Quel dommage pour les trèfles…
      De notre côté tout va pour le mieux au vu des circonstances, il est vrai un peu moroses en ce moment.
      Amitiés,
      Christelle

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s