Léonard CHELIFOUR, un long voyage

Vu qu’il est d’usage, en ces temps de confinement, de voyager depuis son canapé, je vous propose de traverser la France aux côtés de mon ancêtre Léonard CHELIFOUR. Ou plutôt, de voyager à mes côtés à sa recherche !

Point de départ : Heutrégiville (51)

C’est dans la Marne, à Heutrégiville, que j’ai fait connaissance avec Léonard CHELIFOUR.

heutrégiville
Heutrégiville sur la carte de Cassini – Géoportail

C’est là qu’il a eu deux enfants : Marguerite (1714-1782) et Jacques (1718-1774) avec son épouse Jeanne CARRÉ. C’est là aussi qu’il l’a épousée le 1er juin 1711 :

1711-06-01 mariage Chelifour-Carré
Acte de mariage CHELIFOUR-CARRÉ à Heutrégiville – 1711 – AD51

« L’an de grace 1711 le premier Juin apres avoir publié au prone de mes messes de paroisse les trois bans de mariage entre Léonard Chelifour fils de deffunct Michel Chelifour et de deffuncte Marie Pito ses pere et mere de la paroisse de Ste Catherine de la Valade diocese de Limoge et demeurant en celle cy et Jeanne Carré fille de Nicolas Carré et de Catherine Domaget de la paroisse Dumenil les Annels et a present de cette paroisse sans qu’il y ait eu aucun obstacle ny empechement Je Prestre et Curé d’Heutregiville reçu d’eux la promesse et consentement de mariage et celebré ledit mariage dans l’eglise de ma paroisse avec les ceremonies accoutumées en presence des temoins »

J’identifie sans difficulté la commune d’origine de l’épouse (la paroisse Dumenil les Annels) à celle de Ménil-Annelles (08). Par contre celle de l’époux me laisse perplexe : « la paroisse de Ste Catherine de la Valade diocese de Limoge. »

Hypothèses

C’est que le diocèse de Limoges, ce n’est pas la porte à côté… Et surtout, c’est vaste ! Recenser toutes les paroisses du diocèse de Limoges ayant pour vocable Sainte Catherine me paraît mission impossible.

La Valade semble être une piste plus raisonnable à explorer… sauf que ça ne correspond à aucune commune, ni dans le Limousin ni ailleurs.

C’est donc parti pour une recherche de « la Valade » sur Google, mais à ma grande stupeur il existe BEAUCOUP de lieux-dits de ce nom. En couplant « la Valade » et « Sainte Catherine », Google me renvoie « La Vallade 23430 Saint-Martin-Sainte-Catherine ». Ca pourrait faire sens… d’autant qu’une petite vérification sur Geneanet me confirme que le patronyme CHELIFOUR existe bien à Saint-Martin-Sainte-Catherine !

Direction donc le site des AD23. Et là, c’est le drame. Car à l’époque où j’ai effectué ces recherches, seule la collection départementale était numérisée, et les registres de Saint-Martin-Sainte-Catherine ne commençaient donc qu’en 1737. Autant dire que c’était mal parti !

Coup de chance

C’est encore une fois Geneanet qui m’a donné la solution, grâce aux relevés mis en ligne par le CGHML. A force de tester les différentes variantes orthographiques possibles, je finis par tomber sur un acte de mariage entre Michel CHALIFOUR? et Marie PITAUD, en date du 2 janvier 1671 à Saint-Pierre-Chérignat (23). Cela correspond phonétiquement au nom des parents de Léonard (Michel CHELIFOUR et Marie PITO dans son acte de mariage).

Voici l’acte en question, que l’on retrouve à la date du 2 février 1672 (et non 2 janvier 1671 comme indiqué dans le relevé) :

1672-02-02 mariage Chelifour-Pitaud
Acte de mariage CHELIFOUR-PITAUD à Saint-Pierre-Chérignat – 1672 – AD23

« Le secon jour dud mois et an apres avoir fait les publicaons des bans de futur mariage entre Michel Chelifour de la paroisse de St Martin Ste Catherine d’une part et de Marie Pitaud fille de deffunt Pierre Pitaud ma paroissienne, auxquel ne s’est trouvé aucun empechement jay permis et donné un certificat a Monsr le curé de St Martin pour donner la benediction nuptialle aud futurs espoux. »

Il ne s’agit pas d’un acte de mariage mais d’un certificat donné à l’épouse pour aller se marier à Saint-Martin-Sainte-Catherine, attestant qu’il n’y avait eu aucune opposition suite à la publication des bans. Nous revoilà donc bien à Saint-Martin-Sainte-Catherine, ce qui valide mon hypothèse précédente !

Et c’est aujourd’hui-même, en rédigeant ce billet, que je me rends compte que depuis que j’ai effectué ces recherches, les AD23 ont mis en ligne la collection communale de Saint-Martin-Sainte-Catherine ! Il reste des lacunes entre 1674 et 1699, mais l’année 1672 est maintenent disponible. Je découvre donc à l’instant l’acte de mariage des parents de Léonard dressé le 8 mars 1672 :

1672-03-08 mariage Chelifour-Pitaud
Acte de mariage CHELIFOUR-PITAUD à Saint-Martin-Sainte-Catherine – 1672 – AD23

« Michel Chalifour et Marie Pitaud paroisse de Cherignat receuvent la benediction nuptiale le huictiesme du mesme moys les publicaons deuement faictes.
Francois Chalifour de la Valade et Anne Bourduys receuvent la mesme benediction les susd »

Terminus : Saint-Martin-Sainte-Catherine (23)

J’ai donc réussi à confirmer que la « paroisse de Ste Catherine de la Valade diocese de Limoge » évoquée dans l’acte de mariage de Léonard CHELIFOUR correspond bien à Saint-Martin-Sainte-Catherine dans la Creuse, où la famille vivait dans le hameau de la Vallade !

la valade
La Vallade, Saint-Martin-Sainte-Catherine et Saint-Pierre-Chérignat sur la carte de Cassini – Géoportail

Tout cela ne me dit pas comment Léonard CHELIFOUR a atterri à Heutrégiville ! J’imagine qu’il est parti soit pour le travail (les « maçons de la Creuse » sont attestés depuis la fin du Moyen-Âge), soit en tant que militaire. Mais il m’est malheureusement difficile d’en dire plus à ce stade, le métier de Léonard n’étant pas mentionné dans les différents actes en ma possession.

Il s’agit en tout cas d’un bien long voyage qu’il a effectué, la Vallade et Heutrégiville étant distants de 480km, soit 98h de marche d’après GoogleMaps !

voyage
Trajet la Vallade-Heutrégiville – GoogleMaps

13 réflexions sur “Léonard CHELIFOUR, un long voyage

  1. Ho un maçon creusois! Et à Heutregiville, petit village marnais sue je connais bien et où on trouve des superbes asperges er fraises mais je m’égare.
    Ton Leonard, prénom très creusois en passant, me fait penser à mon Louis dont je viens de parler. Belle recherche en tout cas. Je n’ai pas encore trouvé la Naissance de Louis à Magnac-Laval.

    Aimé par 1 personne

  2. Solène

    Coucou Christelle,
    Bravo pour ce pistage à la suite de ton ancêtre ! C’est marrant, je connais bien St Martin – Ste Catherine, car c’est le berceau des ancêtres paternels de mon mari ! Le monde est p’tit ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s