X comme inconnu : Julie GUIGNARD

Je profite de ce challengeAZ 2019 pour vous présenter la branche de mon conjoint originaire de Condé-sur-l’Escaut (59). Pour cette lettre X, je vais vous parler d’un inconnu et de données manquantes à travers le personnage de Julie GUIGNARD.

Sa naissance à Condé-sur-l’Escaut

Julie GUIGNARD naît le 6 mars 1859 à Condé, de Charlemagne GUIGNARD, cloutier, et Thérèse SAPIN, dans leur demeure située rue Neuve.

1859-03-07 naissance Guignard Julie
Naissance de Julie GUIGNARD à Condé – 1859 – AD59

« L’an mil huit cent cinquante neuf, le sept mars, à trois heures de l’après-midi, devant Nous Jean Nicolas Hubert Bussière, Officier de la légion d’honneur, adjoint au maire de la ville de Condé, arrondissement de Valenciennes, Département du Nord, remplissant les fonctions d’officier de l’Etat-Civil, a comparu : Charlemagne Guignard, âgé de trente-quatre ans, cloutier, domicilié à Condé, lequel, en présence de Louis Darthois, âgé de trente-quatre ans, et d’Auguste Lacquement, âgé de trente-quatre ans, tous deux aussi cloutiers, domiciliés à Condé, nous a déclaré qu’hier, six mars, à deux heures de l’après-midi, Thérèse Sapin, âgée de vingt-cinq ans, son épouse, ménagère, domiciliée à Condé, était accouchée en sa demeure sise rue neuve à Condé, d’un enfant du sexe féminin qu’il nous présente et auquel il a donné le prénom de Julie. Le comparant a déclaré ne savoir pas signer, de ce interpelle. Les témoins ont signé avec nous le présent acte de Naissance ; le tout après qu’il leur en a été donné lecture.« 

Le couple avait déjà eu deux filles : une petite Clara en 1854 (dont je ne connais pas le devenir) et Elise « Thérèse » en 1856 (qui est décédée à l’âge de 18 mois en 1858, avant la naissance de Julie). Un fils, Edouard, viendra compléter la famille en 1864.

Je ne sais pas pour quelle raison ni à quelle date Julie part travailler à Paris en tant que cuisinière.

Fille-mère à Paris

Le 3 avril 1890, elle accouche à l’hôpital d’un fils nommé Charles Raphaël GUIGNARD, né de père inconnu. Elle est alors cuisinière et demeure au 8 rue Mabillon dans le 6e arrondissement.

1890-04-03 naissance Guignard Charles 6e
Naissance de Charles Raphaël GUIGNARD à Paris – 1890 – Archives de Paris

« L’an mil huit cent quatre vingt dix le cinq avril à deux heures du soir, acte de naissance de Charles, Raphaël, du sexe masculin né le trois avril courant à six heures du soir, Rue Jacob 47 fils de Julie Guignard, âgée de trente ans, cuisinière, demeurant Rue Mabillon, 8 et de père non dénommé. Dressé par nous, Charles Gustave Barré, adjoint au Maire officier de l’Etat civil du sixieme Arrondissement de Paris, sur la présentation de l’enfant et la déclaration faite par Jules Paupardin des Rivages agé de trente deux ans, employé, Rue Jacob 47, ayant assisté à l’accouchement en présence de Jules Poulain, âgé de quarante ans et de Louis Chauvain âgé de cinquante ans, employés, Rue Jacob 47, témoins, qui ont signé avec le déclarant et nous après lecture.« 

Julie reconnaît son fils 18 mois plus tard, le 28 octobre 1891. Elle réside alors au n°6 de la même rue.

1891-10-28 reconnaissance Guignard Charles 6e
Reconnaissance de Charles Raphaël GUIGNARD à Paris – 1891 – Archives de Paris

« L’an mil huit cent quatre-vingt-onze, le vingt-huit octobre à midi et demi, acte de reconnaissance de Charles Raphaël, du sexe masculin, né le trois avril mil huit cent quatre-vingt-dix, inscrit en cette mairie comme fils de Julie Guignard et de père non dénommé. Dressé par nous, Paul Alfred Colin, adjoint au Maire, officier de l’Etat civil du sixième Arrondissement de Paris, chevalier de la légion d’Honneur, sur la déclaration de Julie Guignard, âgée de trente deux ans, cuisinière, demeurant rue Mabillon 6, qui reconnaît le susdit Charles Raphaël pour son enfant. En présence de Alexandre Beau âgé de soixante ans marchand de vins, rue du Four 7, et de Théophile Thauvin, âgé de trente ans, boulanger, même rue 13, témoins, qui ont signé avec la déclarante et nous, après lecture.« 

Je ne possède qu’une photo de Julie, qui est dans un piètre état… Je l’ai donc confiée aux mains expertes de Claudia D’Souza, The Photo Alchemist, qui a réalisé un petit miracle ! Le petit garçon est Charles Raphaël, je suppose donc que Julie est la femme de droite à qui il tient la main.

Charles, que tout le monde appelle Charlot, est par la suite envoyé à Condé chez son oncle, Edouard GUIGNARD, qui exerce le métier d’ajusteur et réside rue de l’Escaut. Il devient lui-même apprenti ajusteur chez DERVAUX, le patron de son oncle, comme on l’apprend sur le recensement de 1906.

1906 Guignard
Recensement de 1906 à Condé-sur-l’Escaut – AD59

Le parcours militaire de Charles Raphaël

C’est ensuite à travers le parcours de son fils « Charlot » qu’on arrive à entrevoir le destin de Julie.

matricule
Fiche matricule de Charles Raphaël GUIGNARD – Classe 1910 (3e bureau) – Archives de Paris

Charles Raphaël GUIGNARD est appelé au service militaire dans la classe de 1910 au 3e bureau de la Seine, sous le matricule n°1315. Il est alors domicilié avec sa mère à Paris 6e, au 57 rue de Seine, tout en résidant à Condé-sur-l’Escaut. Son signalement est le suivant : cheveux et yeux châtains, front moyen, visage ovale, taille 1m58. Affecté au 47ème Régiment d’Infanterie, il arrive au corps le 9 octobre 1911.

IMG_0010 Charles
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 47e RI (il est assis sur le banc, 2e en partant de la droite)
IMG_0009
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 47e RI

« Chère mère
Je suis arriver en bonne santée à la caserne. En même temps je te souhait une bonne année et une bonne santé et je tant voie mon portrait et de mon camarade Dervau ses suis qui à sa main sur mon épaule. Tu me donnera des nouvelles. Bon Baiser ton fils Charles Guignard« 

Charles est nommé musicien le 3 mai 1912 (ce goût pour la musique lui restera par la suite). J’ai appris grâce à une lettre-carte envoyée à sa mère que Julie avait habité à Chantilly (60), chez une certaine Mme POISOT, au 59 rue du Connétable.

IMG_0008 Charles
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 47e RI
IMG_0007
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 47e RI

Il obtiendra le certificat de bonne conduite et passera dans la réserve de l’armée active le 8 novembre 1913.

Comme la plupart des jeunes hommes de sa génération, Charles est mobilisé suite à la déclaration de guerre en 1914. Il passe au 130ème Régiment d’Infanterie le 5 décembre 1914, où il devient brancardier.

IMG_0004 Charles_2
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 130e RI (recto)
IMG_0003
Lettre-carte de Charles GUIGNARD – 130e RI (verso)

« Mardi 13-10-14
Chère Mère
Je temp voie le meilleur souvenir de la guerre mon portrait en temp campagne tu voie on à des bon menmand. Je pense sa te ferra plaisir de se bon souvenir tu voie je me porte toujour bien et je pense toujours à toi enfin viend courage le jours vindra ou tu me vereurra comme tu le panse jour en jour si le bonheur le veux. Ton fils pour la vie Charles Guignard
Vive la France tout pour toi et tout pour la France »

Il passe ensuite au 68e régiment d’artillerie à pied le 19 septembre 1917. Il sera blessé par deux fois au cours de la campagne et sera cité à l’ordre du Régiment le 15 mai 1919 :

citation
Etat signalétique des services de Charles GUIGNARD – Citation à l’ordre du Régiment

La dernière apparition de Julie en 1919

Au retour de la guerre, Charles épouse Yvonne Victorine TRICOT (1897-1951) le 13 décembre 1919 à Thivencelle (59). Yvonne est fille de Léon (1863-1942) et Adeline Victorine ALLARD (1874-1929), cultivateurs à Thivencelle.

1919-12-13 mariage Guignard-Tricot
Mariage GUIGNARD-TRICOT à Thivencelle – 1919 – AD59

« Le treize décembre mil neuf cent dix neuf onze heures du matin par devant Nous Godin Zéphirin Adjoint au Maire de Thivencelles, remplissant par délégation les fonctions d’officier de l’état civil ont comparu publiquement en la maison commune : Charles Raphaël Guignard, ajusteur né à Paris, 6e arrondissement le trois avril mil huit cent quatre vingt dix, trente ans domicilié à Condé sur l’Escaut, fils majeur de Julie Guignard, domiciliée à Paris, présente et consentante d’une part et Yvonne Victorine Tricot sans profession, née à Thivencelles le huit septembre mil huit cent quatre vingt dix sept, vingt deux ans, domiciliée à Thivencelles, fille majeure de Léon Tricot cultivateur et de Adeline Allard menagère son épouse, domiciliés à Thivencelles, présents et consentants d’autre part ; aucune opposition n’existant les futurs époux, la mère de l’époux, les père et mère de l’épouse déclarent qu’il n’a pas été fait de contrat de mariage. Charles Raphaël Guignard et Yvonne Victorine Tricot ont déclaré l’un après l’autre vouloir se prendre pour époux et nous avons prononcé au nom de la loi qu’ils sont unis par le mariage. En presence de Allard Alexis, cultivateur à Thivencelles et de Edouard Guignard, ajusteur à Condé sur l’Escaut temoins majeurs qui, lecture faite, ont signé avec les époux, la mère de l’époux les père et mère de l’épouse et Nous, Godin Zéphirin Adjoint au Maire de Thivencelles.« 

Julie GUIGNARD a donc fait le déplacement depuis Paris, où elle demeure à nouveau après son passage à Chantilly, pour assister au mariage de son fils. C’est la dernière trace que j’ai d’elle.

IMG_0014 Charles et Yvonne
Mariage de Charles GUIGNARD et Yvonne TRICOT – 1919 – Collection personnelle

Charles et Yvonne s’installent à Thivencelle, rue des Aulnes, où ils auront un fils en 1920, prénommé Robert Charles Léon. D’abord ajusteur mécanicien à la Compagnie des Chemins de Fer du Nord, Charles entrera en 1925 aux Ateliers de Construction du Nord de la France (ANF) à Crespin (59), où il deviendra contremaître en 1928 au service des Forges. Très engagé dans la vie de sa commune (en tant que pompier volontaire, conseiller municipal et musicien à l’harmonie municipale), Charles décédera le 19 mars 1971 à Thivencelle.

Deux énigmes à résoudre

Je fais donc face à deux énigmes et deux grands « X » dans mes données généalogiques en ce qui concerne Julie GUIGNARD.

Tout d’abord, qui est le père de Charles Raphaël GUIGNARD ? Il y a peu de chances que j’arrive un jour à percer le mystère. La légende familiale parle de Rothschild, mais je crains que ça ne relève plus de la plaisanterie que de la réalité. Ceci dit il est tout à fait possible que Julie soit tombée enceinte de son employeur, mais je ne sais même pas de qui il s’agit.

Le deuxième mystère est la date et le lieu de décès de Julie GUIGNARD. Je sais seulement qu’elle était encore vivante en 1919 (elle avait alors 60 ans). Toutes mes tentatives sont restées vaines pour l’instant (registres des décès à Paris, tables des successions et absences du bureau de Condé, etc.), donc si jamais vous tombez sur son acte de décès ou toute autre information qui pourrait m’aider, pensez à moi !

Mise à jour du 15/10/2020 : Je viens de lancer à tout hasard une recherche sur Julie GUIGNARD sur Geneanet, et voilà que je tombe sur elle dans le registre des inhumations du cimetière parisien de Thiais (94) ! Elle a été enterrée le 21 février 1957 et habitait dans le 13e arrondissement. Ce que je viens de confirmer dans les registres de décès de Paris 13e, où elle est décédée le 14 février 1957 à l’âge de 97 ans… J’avoue que j’avais passé de longues heures à fouiller ces registres à sa recherche mais je n’étais pas allée aussi loin dans le temps, je m’étais arrêtée en 1945 (date au-delà de laquelle je me serais attendue à une mention marginale sur son acte de naissance). Voilà donc mon trophée :

1957-02-14 décès Guignard Julie
Acte de décès de Julie GUIGNARD à Paris 13e – 1957 – AD75

8 réflexions sur “X comme inconnu : Julie GUIGNARD

  1. Passionnant parcours ! Moi je pense que mon esprit aurait papillonné direct du côté de Jules Paupardin des Rivages. Il n’est pas banquier certes 🙂 mais son nom fait rêver ! Et pourquoi donc aurait-il assisté à l’accouchement de sa voisine ? Mais j’imagine bien que tu as déjà creusé ce genre de piste très proche et évidente dans un premier temps. Super histoire.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Béatrice ! Malheureusement, Jules est comme les deux autres témoins employé au 47 rue Jacob, qui se trouve être l’ancien Hôpital de la Charité… Donc je crains qu’il n’y ait rien à creuser de ce côté là. 😥

      J'aime

  2. Gufetto

    Christelle, merci infiniment pour votre travail.
    Je suis l’arrière petit fils de Robert Guignard, né en 1920 à Thivencelle. J’ai toujours rêvé d’avoir des informations sur la vie de Robert tant ses histoires, qu’il me racontait quand j’étais enfant, me fascinaient. Voilà de très belles trouvailles généalogiques qui me donnent envie d’en découvrir davantage.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis très contente que vous soyez tombé sur mon blog et que mes petites histoires de généalogie vous aient plu ! Si vous êtes intéressé par l’histoire de Robert, alors j’ai des choses pour vous ! Je vous contacte en MP.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s