U comme Ursule : Marie Ursule JOIRY

Je profite de ce challengeAZ 2019 pour vous présenter la branche de mon conjoint originaire de Condé-sur-l’Escaut (59). Pour cette lettre U, je vais vous parler de Marie Ursule JOIRY.

La naissance de Marie Ursule

Marie Ursule JOIRY est née le 21 octobre 1725 à Condé, d’Alexandre François JOARY et Jeanne Adrienne LIGNIER.

1725-10-21 naissance Joary Marie Ursule
Baptême de Marie Ursule JOARY à Condé – 1725 – AD59

« Marie Ursule Joarÿ fille de Alexandre et de Adrienne Lenier son epouse legitime né le vingt un a trois heure apres midÿ fut baptisé le vingt deux dudit mois parain Pierre Duletie la marainne Marie Jeanne Pontierre tous deux de la paroisse lesquels ont signé le pere present »

Je ne sais pas d’où lui vient son prénom si particulier, Ursule, vu qu’il ne lui vient pas de sa marraine…

Son mariage avec Louis Albert GUIGNARD

Marie Ursule épouse Louis Albert GUIGNARD le 26 juillet 1752. Louis Albert est maître boutonnier, il est né le 16 juin 1725 à Condé, de Pierre et Jeanne Marie MOCQUE.

1752-07-26 mariage Guiniart-Joary
Mariage GUIGNARD-JOARY à Condé – 1752 – AD59

« L’an mil sept cent cinquante deux le vingt six juillet apres la publication de trois bans ont etez par nous mariez apres que nous avons eu pris leur consentement mutuel et ayant reçu de nous la benediction nuptiale Louis Albert Guiniart de cette paroisse agé de vingt sept ans fils de feu Pierre Guiniart et de Jeanne Marie Mogue d’une part et Marie Ursule Joary de cette paroisse agée de vingt sept ans fille d’Alexandre Joary et de Jeanne Adrienne Lenier d’autre part assistez d’Alexandre Joary de Jean Baptiste Dupont de Jean Baptiste Dassonville et de Marie Louise Joary tous temoins lesquels ont signez de ce interpellés. »

Vous noterez que Marie Ursule sait signer, son écriture semble plutôt fluide.

Louis Albert et Marie Ursule auront dix enfants : Catherine Albertine Joseph (1752) ; Louis Albert Joseph (1754-1816) ; Charles Philippe Joseph (1756-1832) ; François Alexandre Joseph (1758-1758) ; Marie Rose Philippine (1759) ; Ferdinand François Ignace (1761-1789) ; Antoine Benoît Joseph (1764) ; Marie Louise Françoise Joseph (1765-1770) ; Elisabeth Joseph (1767) ; Catherine Augustine Joseph (1769).

1784 : le rachat de la maison familiale

Suite au décès de ses parents en 1776 et 1777, Marie Ursule et ses frères et sœurs se retrouvent héritiers de la maison familiale, située rue Sainte Barbe à Condé (vous en apprendrez plus demain à ce sujet).

rue ste barbe
La rue Sainte Barbe à Condé – plan de 1826 – AD59

Le 11 février 1784, les héritiers JOARY, à savoir « Philippe Jouary marié sans enfans, ny apperçu d’en avoir a Sebastienne Batardonne Louis Guiniart et Marie Ursule Jouary chargé de huit enfants dont trois mariés ayant des enfans mineurs et cinq non mariés ny emancipés le plus jeune agée de dix sept ans Benoit Jouary demeurant a Paris veuve sans enfans Alexandre Jouary aubergiste demeurant a Halle veuve en premieres nopces avec deux enfants mineurs et remariés a Louise Jaseau d’icelle ayant aussy quatres enfants mineurs » présentent une requête au magistrat de la ville de Valenciennes. Cette requête est particulièrement intéressante pour comprendre la situation de la famille à cette époque :

« Contenant que par le decé de leur père et mere il leur etoit echue du chef de cette derniere une maison et heritage gisante audit Condé rue St Barbe […] que la dite maison etant de plus caduque a un seul etage auroit besoin d’etre reconstruite en sorte que la rente les reparations et vingtiemes obserbent le produit de sorte qu’icelle maison ne leurs et presque point profitable et comme elle se trouve tout a fait impartageable il importe aux supliants de la vendre pour en tirer au moins par le prix de la vente quelqu’avantage après les charges deduittes de sorte que la moduité de l’objet et l’impossibilité de le partager joint au besoin pressant dudit Guiniart et de son epouse de s’aider de la petitte portion qu’il en reviendra determine tous les supliants de vendre ladite maison […] offrant ledit Guiniard d’affirmer n’avoir de son cottée aucun bien de fond ny tel reputé dans le chef lieu et d’etre vraiment dans un besoin de subvenir a la subsistance de sa nombreuse famille »

Suite à cette requête, une ordonnance en date du 12 février 1784 prescrit d’entendre « les enfants agées et emancipés et les deux plus proches parents du liz et cotté desqu’elles procedent la maison. » Suite à cela, « Philippe Jouary et Sebastienne Batardonne son epouse agée de soixante dix ans ou environ sans enfants » ainsi que « les maitres massons charpentiers et couvreurs de Condé » confirment que la maison est non partageable. Chacun des héritiers donne formellement son consentement à la vente. Enfin un procès verbal en date du 28 mai relate « que Francois d’Assonville Jacques Joaville et Catheritte Hivers sa femme les plus proches parents desdits liz et cottées ont declaré le contenu en la dite requete etre sincere et veritable et de consentir au requis. »

Au vu de ces différents éléments, un jugement est rendu à Valenciennes le 23 juin 1784, déclarant le bien dont il s’agit non partageable, et ordonnant qu’il soit vendu « a loy et par recours. »

Le 21 juillet, munis de cette autorisation, Philippe JOARY et ses frères et sœurs font « exposer en vente au plus offrant et dernier encherisseur enchere tenante une maison scituée en cette ville de Condé […] occupée actuellement par Louis Guiniart et Henry Viseur. » La maison est chargée d’une rente de 32 livres 6 sols Hainaut « due aux heritiers de la veuve Jean Bte Guenin. »

Les adjudicataires devront régler le prix sous huit jours, ainsi que les frais de procédure qui se montent à 119 florins 12 patars et tous les autres frais relatifs à la vente. « Le recourt se tient a l’hotel de ville de Condé après son de cloche et billets d’affiches apposées pendant trois dimanches consecutives notifiant la presente vente. » La maison est adjugée pour une somme de 2400 livres « a la femme Louis Guiniard a la caution du sieur Jean Bte Houzé Me battelier de la navigation de Mons. » Marie Ursule va donc devenir propriétaire de la maison familiale où elle habite avec sa famille.

Le 30 juillet, « Louis Guiniart et Hursulle Jouary son epouse » comparaissent devant le mayeur et les échevins, à qui ils remettent le prix de leur adjudication et les frais de la vente, et qui les investissent « de ladite maison et heritage. »

Le 31 juillet, « Louis Guignart et Henriette (!) Joary son epouse » constituent une rente héritière de 112 livres 10 sols Hainaut au profit « du sieur Jean Bte Houzé maitre battelier de Mons » à prendre « sur une maison et heritage scitué en cette ville de Condé rue St Barbe » dont le rachat pourra se faire au denier vingt. Ils reçoivent en échange 2250 livres Hainaut, qui leur serviront à financer leur achat. Les échevins confirment « que pouvoient lesdits Guignart conjoints faire la presente desheritance et constitution pour ledit bien leur competer pour les trois quarts ensuitte d’achapt qu’ils en ont fait et pour l’autre quart etre suffisamment autorisé d’autant qu’il vient du chef et patrimoine de la femme. » L’argent reçu servira également à rembourser la rente de 32 livres pré-existante.

Epilogue

Ce ne sont pas les dernières péripéties qu’aura à vivre Marie Ursule JOIRY. Si vous voulez la rencontrer, je vous invite à lire ou à relire mon #RDVAncestral du mois de mars !

Louis Albert GUIGNARD décédera le 10 frimaire an X à « Nord-Libre », à l’âge de 76 ans. Marie Ursule le suivra deux ans plus tard, le 27 nivôse an XII, à l’âge de 78 ans.

1804-01-18 décès Joiry Marie Ursule
Décès de Marie Ursule JOIRY à Condé – 1804 – AD59

« Du vingt septieme jour du mois de nivose en douze de la Française à quatre heures du soir
Acte de Decès de Marie Ursule Joiry, veuve de Louis Albert Guignard, décédée cejourd’hui à sept et demi du matin, agée de soixante dix huit ans, née à Nord Libre département du Nord, demeurant à la banlieue de cette ville, fille des defunts Alexandre et d’Adrienne Lenier ses pere et mere
Sur la declaration à moi faite par le citoyen Pierre Etienne Toppin ex officier, pensionnaire du gouvernement, retiré à la dite banlieue, qui a dit être gendre à la defunte et par le citoyen Isidore Danjou commissaire de police, qui a dit être ami de la defunte et ont signé. »

 

4 réflexions sur “U comme Ursule : Marie Ursule JOIRY

  1. Marianne Péchereau

    Bonjour Christelle,
    Une coïncidence amusante nos deux « Ursule » (et bien pratique pour le challenge ;))
    Et un beau billet avec cette histoire d’héritage…, je lirai votre #RDVAncestral un peu plus tard.
    J’en profite pour vous remercier sincèrement de votre soutien sans faille !
    Bonne continuation pour ce #ChallengeAZ

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Marianne ! Oui car le U peut paraître plus facile que les lettres de la fin de l’alphabet, mais il ne l’est pas tant que ça. La coïncidence est d’autant plus amusante que les patronymes des époux sont très proches. Bonne continuation également, plus que cinq !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s