O comme Occupations : les métiers à Condé

Je profite de ce challengeAZ 2019 pour vous présenter la branche de mon conjoint originaire de Condé-sur-l’Escaut (59). Pour cette lettre O, je vais vous parler des occupations de nos ancêtres.

Je vous ai jusqu’à présent brossé le portrait d’un certain nombre d’ancêtres ayant vécu à Condé. Aujourd’hui, je vous propose de prendre un peu de recul en analysant les métiers rencontrés sur cette branche. En ce qui concerne la méthodologie, j’ai décidé de ne considérer dans cet article que les SOSAs masculins ayant vécu à Condé-sur-l’Escaut.

Le fait de considérer une population citadine conduit à une répartition des métiers très différente de ce à quoi on peut avoir l’habitude pour l’époque. En effet, alors que j’ai sur toutes mes branches entre 50 et 75% d’ancêtres ayant exercé un métier lié au monde paysan, ici les quelques laboureurs se retrouvent dans la catégorie « divers » !

métiers
La répartition des métiers de nos ancêtres condéens

Les artisans

L’artisanat est de loin la catégorie de métiers qui occupe le plus les ancêtres condéens de mon conjoint, représentant près de 40% de la population. On y retrouve 6 maçons, 3 charpentiers, 3 cordonniers, 2 serruriers, 2 perruquiers, et d’autres métiers aussi divers que boutonnier, cloutier, ferronnier, geteur (qui serait un fondeur de métaux), tanneur ou scieur de bois.

Les métiers de bouche

La catégorie suivante la plus représentée concerne les métiers de bouche, qui occupent un quart de la population analysée. On notera 5 bouchers, 4 boulangers, 3 cabaretiers, mais également un brasseur, un cuisinier et un meunier.

Le transport

Viennent ensuite les métiers du transport qui comptent pour 20% du total. On retrouve sans surprise de nombreux professionnels de la batellerie, activité économique phare de Condé-sur-l’Escaut, avec 7 bateliers, 3 charpentiers de bateaux et un travailleur aux bateaux. Les autres sont portefaix ou voiturier.

Pouvoir et armes

Cette catégorie est plus anecdotique vu qu’elle ne regroupe qu’un homme de fief (dont je vous ai parlé à la lettre H), un lieutenant de la ville et un soldat !

Divers

Reste à évoquer quelques métiers trop peu représentés pour constituer une catégorie. Parmi ceux-ci, deux laboureurs, un marchand, un ouvrier à la journée et un musicien carillonneur !

La transmission des métiers

J’ai cherché à savoir si ces différentes catégories de métiers correspondaient aux différentes branches de l’arbre généalogique de mon compagnon. J’ai ainsi reporté le code couleur correspondant aux différentes catégories de métiers sur une roue d’ascendance ayant pour origine Julie GUIGNARD, la plus récente condéenne de l’arbre.

roue-mc3a9tiers-1
La répartition des métiers sur les différentes branches (origine = Julie GUIGNARD, SOSA 33 de mon fils) : artisans, métiers de bouche, transport, pouvoir et armes, divers

A première vue il semble que la branche paternelle de Julie soit plus orientée vers les métiers de bouche, et sa branche maternelle vers l’artisanat.

En regardant de plus près, on arrive à repérer des « lignées » d’hommes qui se sont transmis un métier sur deux générations ou plus.

roue-mc3a9tiers-groupes-1
Répartition des métiers, avec identification des « lignées » de transmission

On a ainsi de gauche à droite : les RIGAUT (bouchers), les PLAQUET (boulangers), les LABOURIAU (charpentiers de bateau), les SAPIN (bateliers), les MUREZ (charpentiers), les PISSINIER (maçons), les BOUTELIER (cordonniers) et les JACOB (serruriers).

Avez-vous déjà essayé de faire un exercice similaire sur certaines de vos branches ?

17 réflexions sur “O comme Occupations : les métiers à Condé

  1. Très belle analyse ! Les métiers des habitants des villes sont effectivement très différents de ceux des campagnes. Mon ascendance ressemble plutôt à la tienne avec, je pense, entre 50 et 75% de métiers liés à la terre. Ton article me donne en tout cas une idée d’étude à réaliser pour mon arbre.
    Au fait, avec quel logiciel as-tu mis en couleurs les cases de ton arbre en éventail ?

    Aimé par 1 personne

  2. Solène

    Hello Christelle !
    Bravo pour cet article qui donne des idées à plus d’un ! Pour ma part, j’aurais dis qu’il n’y avait dans mon arbre que des : agriculteurs / cultivateurs / laboureurs / et … presque rien d’autre !
    Exception faite d’un tisserand et d’un maréchal-ferrant. Mais en jetant un œil au dictionnaire des métiers de mon logiciel, je me rend-compte que j’ai 29 professions déclarées ! Il va falloir que je me penche sur la question ! Alors merci pour cette nouvelle idée de réflexion sur ma généalogie !

    Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Christelle,

    C’est un exercice très intéressant que vous avez fait là.
    Pour mon arbre, je suppose que toutes mes branches comportent autant de gens de la terre que d’artisans. Je suis la première génération à faire un métier de plume ( de clavier plutôt ) avec quelques uns de mes cousin(e)s germains .
    Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s