K comme K-lixte : Antoine Calixte JACOB, ferronnier et serrurier

Je profite de ce challengeAZ 2019 pour vous présenter la branche de mon conjoint originaire de Condé-sur-l’Escaut (59). Pour cette lettre K, c’est un peu compliqué, donc une petite astuce phonétique me conduit à vous parler d’Antoine Calixte JACOB.

Fils de serrurier

Antoine Calixte JACOB naît le 17 avril 1716 à Condé-sur-l’Escaut (59). Il est fils de Mathieu JACOB, serrurier, et de Marie Jeanne Simone DENIS ; c’est le cinquième d’une fratrie de treize enfants, dont seuls quatre atteindront l’âge adulte.

bK
Baptême de Antoine Calixte JACOB à Condé-sur-l’Escaut – 1716 – AD59

« 17: Antoine Calixte Jacob fils leg. de Mathieu et Jeanne Simone Denis. p: Antoine Turet. m: Catherine de Werchain. »

Je ne sais pas d’où lui vient son prénom si particulier, Calixte, son parrain s’appelant Antoine et sa marraine Catherine. Mais avant de vous parler plus longuement de lui, attardons-nous un peu sur ses parents.

Mathieu JACOB est donc serrurier… mais il ne fabrique pas que des serrures ! J’ai eu la chance de mettre la main sur un contrat décrivant dans le détail une de ses réalisations, qui relève plus de la ferronnerie que de la serrurerie :

Le 20 février 1721, Mathieu JACOB et Nicolas WERY, tous deux serruriers, s’obligent « de faire toute la main d’oeuvre de ferure necessaire pour une payelle a rafiner le sel, de unze pieds de longueur et de dix pieds de large, a condition du coutelage de platine l’une sur l’autre au choix du Sr Augustain Dubreucq, de faire les clous necessaires joindans dans les trous des platines ou il sera besoin de les mettre, aussy la main d’oeuvre pour les baraux et sommiers ports et chassis du fourneau de meme que les ceintres de la cheminée, et des deux sommiers pardessous lad poelle, lequel travail devera estre entierement achevé pour le pentecoste prochain, bien conditionné, et sy apres la livrance et quinze jours les feus dessous lad poelle, il arrivoit que par la faute du travail il se trouve quelque chose mal travaillé ils deveront le tout restablir a leurs depens, a dire d’experts, outre ce deveront poser lad poelle dans l’endroit que led Dubreucq trouvera a propos, et deveront faire leur forge a leurs despens […] a aussy esté conditionné que les platines deveront joindre l’une sur l’autre sans quil y ait aucune ouverture, et que les trous des platines pour y mettre les clous de toutte la grandeur de la poelle seront d’un pouce de distance l’un de l’autre. » Ce travail sera rémunéré 55 écus de 48 patars.

contrat
Contrat DUBREUCQ-JACOB-WERY à Condé (signatures) – 1721 – AD59

Vous aurez compris que Mathieu JACOB a été mandaté pour fabriquer une poêle à sel, j’imagine un peu similaire à celle-ci :

1698_vignette_1-Photo-1-coll-chifflet-n-44-f-71
Poêle pour la fabrication du sel à la grande Saline de Salins, dessin d’Anatoile Chastel, début XVIIe siècle. Ce dessin montre en particulier la consistance d’une poêle ronde formée de plaques de tôle et de barres verticales en fer (chaînes), fixées au fond de la cuve et suspendues à une structure en bois couvrant l’orifice de la poêle, pour éviter que celle-ci ne se déchire sous le poids de l’eau. © Bibliothèque municipale de Besançon, cote Ms Chifflet, 44, fol.71 www.inrap.fr

Un an plus tard, le 8 janvier 1722, Jean HOUZE, batelier, loue pour trois, six ou neuf ans à Mathieu JACOB « la moitié d’une maison et heritage gisant en cette ville rue neuve […] l’autre moitié de lad maison appartenant aud Jacob » pour un loyer annuel de 16 écus de 48 patars.

Mais revenons à Antoine Calixte, qui est à présent en âge de se marier !

Antoine Calixte JACOB et Augustine DEGAGE

Antoine Calixte JACOB épouse Augustine DEGAGE le 4 février 1737 à Condé. Augustine, née le 4 octobre 1719 à Condé, est la fille de Jean Joseph DEGAGE et Catherine FLAMME. Le couple a auparavant établi un contrat de mariage en date du 25 janvier :

« Le traitté et conventions de mariage se fait entre Antoine Calix Jacob jeusne homme a marier assisté de Mathieu Jacob son père, Jean Simonne Denis, Nicolas Machuriau, et Joinsine Denis, ses peres mere oncles et tante d’une part, et Marie Augustine Degage aussy jeusnne fille a marier assisté de Marie Joseph Delancre sa belles meres et des Srs Jean Claude Bequés, et Pacqué Flames ses oncles et tuteurs d’autres part »

Les apports des futurs époux ne sont pas décrits. Les parents JACOB promettent « de nourrir et allimenter lesd. futurs marians pendans une anné » et lorsqu’ils partiront « de leur donner une englume, un soufléz un estaud a chaux, une bigorne le toutte a choisire, et autres petites ustencilles convenant au metiers de serrurier. »

Augustine DEGAGE recevra quant à elle de la part de sa belle-mère Marie Joseph DELANGRE la somme prévue dans le contrat de mariage de cette dernière avec feu Jean DEGAGE son père, pour son droit de légitime.

cdm
Contrat de mariage JACOB-DEGAGE à Condé-sur-l’Escaut (signatures) – 1737 – AD59

Antoine et Augustine auront ensemble dix enfants : Mathieu Joseph (1738), Augustin Joseph (1740-1769), Anne Marie (1742), Marie Antoinette Henriette (1744-1744), Isidore Joseph (1745-1745), Marguerite Joseph (1746-1746), Catherine Joseph (1748), Jean Baptiste Joseph (1751-an 14), un enfant sans vie (1753-1753) et Antoine Joseph Calixte (1755).

Le testament de ses parents

Un an et demi après le mariage d’Antoine Calixte avec Augustine DEGAGE, ses parents Mathieu JACOB et Jeanne Simone DENIS se rendent chez le notaire pour rédiger leur testament, le 13 octobre 1738.

Après avoir recommandé leur âme à Dieu, ils désignent le dernier vivant héritier universel de leurs biens meubles, à charge de payer les dettes et funérailles du pré-mourant, et viager des immeubles.

Ils déclarent avoir retenu quatre enfants de leur union. Trois d’entre eux ont déjà reçu leurs droits de légitime : Marie Jeanne lors de son mariage avec Jacques PISENIER, Antoine Calixte lors de son mariage avec Augustine DEGAGE et Jeanne Françoise lors de son mariage avec Etienne WASNESSE. Seule Jeanne Joseph, leur maisnée, n’a encore rien touché. S’ils venaient à décéder avant qu’elle ne se marie, ils souhaitent « qu’elle prenne avant part, sur tous leurs plus aparant biens la somme de quatre cent livres Haynaut une fois, et pour meuble ils veullent encor qu’elle prenne avant part une dreye avec sa bart, un bois de lit et son tour de lit une paliasse un lit de plume et ses travers, une couverte, trois pairs de draps, un chaudron, une marmitte une cramelie potiere pelle, et pinsette a feux gros pinchenne, et un sçeau demy douzaines de chesse, et demy douzainnes de pot de gabre et quatre grand plats d’estain, metable sur lad dreye, et demy douzaisnes d’assiette d’estains, laissant le surplus aller selons loye. »

testament
Testament JACOB-DENIS à Condé-sur-l’Escaut (signatures) – 1738 – AD59

La reprise d’effets

Antoine Calixte JACOB perd son père Mathieu le 4 décembre 1741, qui décède à l’âge de 56 ans. Il restera habiter avec sa mère encore quelques années.

Puis le 28 décembre 1749, il reprend les effets promis par ses parents lors de son mariage. Après douze ans de mariage, il a en effet décidé de quitter le foyer familial pour s’installer de son côté en tant que ferronnier.

inv
Reprise des effets JACOB à Condé-sur-l’Escaut – 1749 – AD59

« Antoine Calix Jacob bourgeois, et feronnier de la ditte ville, lequel a representé que par son contract de mariage qu’il avoit fait, avec Marie Augustine Degage sa femme, feu Mathieu Jacob son père et Jeanne Simonne Denis sa mere, s’estoient obligés an cas de division et separations de menage de fournir au comparant » un certain nombre d’objets à choisir dans leurs maison et boutique. « Desirant de se retirer d’avec sa ditte mere, pour vivre divisement avec sa famille, » Antoine Calixte JACOB prélève les biens suivants : « une enclume, un soufflet, un etaux a chaux, une bigorgne, huit limes grosse et fines d’assier, un gros, et un moiens marteaux, une tenaille de forge, un fort, et moyens terrot, un sisau et un poinson le tout de fert. »

serrurier
Les effets d’Antoine Calixte JACOB, d’après le Manuel théorique et pratique du serrurier, ou Traité complet et simplifié de cet art – Gallica

Epilogue

Le 18 février 1755, Antoine Calixte JACOB décède à Condé à l’âge de seulement 38 ans.

dacj
Décès de Antoine Calixte JACOB à Condé-sur-l’Escaut – 1755 – AD59

« L’an mil sept cent cinquante cinq le dix huit fevrier a midy est decedé Antoine Calixte Jacob maitre feronier agé de trente neuf ans et le lendemain a esté inhumé en presence des temoins soussignez. »

Sa veuve Augustine DEGAGE lui survivra pas moins de 48 ans ! Elle décédera le 1er brumaire an XII à l’âge de 84 ans.

8 réflexions sur “K comme K-lixte : Antoine Calixte JACOB, ferronnier et serrurier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s