I comme Inventaires : Philippe DEGAGE et Anne FILLET

Je profite de ce challengeAZ 2019 pour vous présenter la branche de mon conjoint originaire de Condé-sur-l’Escaut (59). Pour cette lettre I, je vais vous parler des différents inventaires réalisés dans le cadre de la succession de Philippe DEGAGE et Anne FILLET.

Une vie

Philippe DEGAGE naît très probablement le 29 mai 1665 à Condé, de Bauduin et Catherine DELFORGE (je n’ai cependant pas de preuve de la filiation).

1665-05-29 naissance Degage Philippe
Baptême de Philippe DEGAGE à Condé – 1665 – AD59

« Item Philippe fils Bauduin Degage et Chaterine Delforge p Phippe Grumeau et Marie Degage »

Il épouse Anne FILLET le 9 février 1695 à Condé. Cette dernière est veuve de Antoine BECQUET, décédé le 3 octobre 1692, avec qui elle a eu huit enfants : Georges (1675), Jeanne Marguerite (1677), Antoine Joseph (1679), Joseph (1680), Anne (1683), Jean Claude (1686), Marie Marguerite (1688) et Jean François (1691).

Un fils unique naîtra de l’union entre Philippe DEGAGE et Anne FILLET, prénommé Jean Joseph (1695-1732).

Je me permets ici une petite parenthèse : un très grand nombre d’arbres sur Geneanet identifient Philippe DEGAGE, époux de Anne FILLET (noté I ci-après) à Philippe DEGAGE, époux de Marie Jeanne RAVIART (noté II ci-après), ce qui est techniquement impossible, le couple DEGAGE-RAVIART s’étant marié en 1713, date à laquelle Anne FILLET est toujours en vie. De plus Philippe I est témoin au mariage de Philippe II : il ne s’agit donc pas du même homme. On pourrait cependant envisager l’hypothèse que Philippe II soit le fils d’un premier mariage de Philippe I (peut-être avec Marie BLASSEAU ?). Si cette hypothèse est la bonne, alors l’acte de baptême de Philippe II est à rechercher quelque part le long des canaux, car il n’est pas né à Condé, mais vu que Philippe I est batelier, tout est permis ! Mais refermons la parenthèse et revenons à Philippe I.

Philippe DEGAGE, batelier et cabaretier, décède à Condé le 24 décembre 1726 à l’âge de 61 ans.

1726-12-24 décès Degage Philippe
Décès de Philippe DEGAGE à Condé – 1726 – AD59

« Philippe Degage agé de soixante quatre ans inhumé le vingt quatre »

Le testament de la veuve

Se sentant sans doute elle aussi proche de la fin, Anne FILLET dicte son testament trois mois après le décès de son époux, le 7 avril 1727 :

« Anne Fillé veuve en seconde nopces de Philippe Degages battelier de Condé estant avancée en âge, neantmoins en ses bons sens usage et mémoire et entendement scachant qu’il n’y a rien de plus certain que la mort et rien de plus incertain que l’heure d’icelle et souhaitant mettre ordre à ses affaires a fait et dicté son testament et disposition de derniere volonté dans la forme et manière suivante »

Après avoir recommandé son âme à Dieu, « souhaitant que ses funerailles soient celebrés a un service a trois messes » , elle nomme pour héritiers universels de tous ses biens meubles « Jean Claude Bequez, Jean Degages, Pierre Joseph Degages fils de Michel Degages et d’Anne Bequez conjoins, et Jacquelinne Lefebvre fille de Jean Francois Lefebvre et de Marie Marguerite Bequez conjoins. » Il s’agit là de ses enfants et petits-enfants.

Tous ses enfants ont déjà reçu leur légitime et devront se contenter de ce qu’ils ont reçu. Jean Claude BECQUET doit encore lever sa maisneté mobilière. La part de Jacqueline LEFEBVRE, mineure et orpheline, restera aux mains de ses exécuteurs testamentaires, « Alexandre Caudron eschevin de cette ville et Augustin Hiolle […] pour estre employée en cours de rente lors qu’ils en trouveront l’occasion. » Enfin son fils Jean DEGAGE aura en sus « sa charge et place de cabaretier. »

testament
Testament de Anne FILLET à Condé (signatures) – 1727 – AD59

Elle décède peu après, le 23 juillet 1727 à Condé.

1727-07-24 décès Filet Anne
Décès de Anne FILLET à Condé – 1727 – AD59

« Anne Filet veuve de Philippe Degage agé de sept ans (!) inhumée le vingt quatre »

Le jour-même sont réalisés deux inventaires.

L’inventaire de maisneté de Jean Claude BECQUET

Comme précisé dans le testament d’Anne FILLET, le plus jeune fils issu de son premier mariage, Jean Claude BECQUET, n’a pas encore levé sa maisneté mobilière. L’inventaire correspondant à son prélèvement est donc dressé le 23 juillet 1727 :

« Inventaire des meubles meublans levés, par Jean Claude Becquez, Me chirurgien en cette ville de Condé, pour sa maisneté meubiliaire, comme enfant maisné de feue Anne Fillez, veuve en secondes noces de feu Philipes Degages, Me cabaretier et battelier de la navigation de lad ville »

Jean Claude BECQUET prélève ainsi un exemplaire de chaque objet trouvé dans la maison, avec entre autres : une crémaillère, une pincette, une pelle à feu, un gril, un réchaud de cuivre et un de fer, une poêle à frire, une broche à rôtir, un gaufrier, un chaudron, une marmite, une bassinoire, un chandelier, un grand plat et un petit, une assiette, une salière, un moutardier, un pot de chambre, un drap, une nappe, une serviette, un lit garni, une dresse à trois portes et tiroirs, un garde-manger, une table, un tapis, une escabelle, un coffre, un seau, une lanterne, un grand chandelier de cuivre servant à l’autel, un marteau, un couteau, une fourchette, une cuillère, une chaise, un tonneau à farine, une petite écuelle d’argent, et j’en passe !

maisneté
Inventaire de maisneté de Jean Claude BECQUET à Condé – 1727 – AD59

L’inventaire après décès

Une fois ce prélèvement effectué, l’inventaire du reste des biens est réalisé. On se rend vite compte que le couple DEGAGE-FILLET était relativement aisé.

« Inventaire des meubles et effets trouvés dans la maison mortuaire de feue Anne Fillez, veuve en secondes noces de feu Philipes Degages, Me cabaretier et battelier de la navigation de cette ville de Condé, la maisneté meubiliaire préalablement levée, par Mr Jean Claude Becquez, comme enfant maisné »

L’inventaire commence traditionnellement par la cuisine. On y trouve divers ustensiles tels que chaudrons, marmites, poêlons, casseroles, mouchettes, six chandeliers, plats, assiettes (dont pas moins de quarante assiettes d’étain !), salières, pots, cuillères, fourchettes, couteau. Le mobilier se compose de dix chaises et un fauteuil de bois blanc.

Dans un coffre sont rangés un manteau de femme et une poche de cuir contenant de la monnaie pour 283 livres 2 sols Hainaut (deux louis d’or neufs de 8 écus pièce, sept écus de 9 livres 12 sols, deux écus de 48 patars, trois pièces de 9 patars et trois doubles pièces, un écu de 7 livres et 6 doubles, deux écus de 7 livres et 5 sols, une pièce de 6 patars, deux escalins d’or, un ducat d’Angleterre et un louis d’or vieux de 30 livres argent d’Espagne).

Dans une dresse sont conservés une tasse d’argent, 21 patars 1/2 d’Espagne, du lin et du filet, divers vêtements féminins (deux jupes et un tablier de soie noire, onze petites coiffures, dix gorgères et dix-huit chemises) et du linge de maison (serviettes, taies, draps, mouchoirs, tabliers).

L’assemblée se dirige dans la chambre suivante. On y trouve des objets assez disparates, comme une jupe, deux tableaux, douze bouteilles, une petite table, neuf chaises, un corset et un tablier ! C’est ensuite la chambre de la cour qui est passée au crible : elle ne contient qu’un gros chenêt de fer, une table et porte-manteaux, et dix-neuf chaises.

Suivent l’écurie et la cour, où se situent quarante tonneaux vides (n’oublions pas que Philippe DEGAGE et Anne FILLET étaient cabaretiers, ce qui explique aussi le nombre impressionnant de chaises et d’assiettes), un tas de menus charbons et une marmite de cuivre. « Un monceau de galliette » est rangé sous l’escalier.

Dans une petite chambre haute, il y a deux chandeliers, un châlit garni, un char à filer et une chaise. Dans la chambre du logement se trouve un bois de lit et un chenêt.

C’est ensuite au tour du grenier, qui contient un tas de fagots, une charée de foin, trois fusils et une hallebarde (!),plusieurs moulettes de bateau, une broche à rôtir, deux vieilles chaises et de vieilles nippes. Le grenier de la cour contient quant à lui un tas de fasseaux et de fagots.

Restent trois caves à inventorier : celle du fond contient quatre tonnes de forte bière et quatre tonneaux vides. Celle du milieu conserve deux petits jantiers, un pot au beurre, trois tonnes de forte bière et deux tonneaux vides. Enfin la cave sur la rue contient deux petits jantiers, seize tonnes de forte bière, un tonneau vide et une bague ronde d’or !

A noter que six des tonneaux inventoriés appartiennent à plusieurs particuliers qui les ont réclamés par la suite et à qui ils furent restitués.

inventaire
Inventaire après décès DEGAGE-FILLET à Condé (signatures) – 1727 – AD59

L’inventaire du bateau

Vous pensiez que c’était terminé ? Et bien non, car en plus d’être cabaretiers, Philippe DEGAGE et Anne FILLET étaient bateliers… et qui dit batelier dit bateau ! L’inventaire en est réalisé le 11 août 1727.

« Inventaire d’un batteau de Hayne, flotant sur la riviere d’Escaut, audelà de la redoute de la porte de Tournay, et des cordages, outils, ustencils, meubles et effets y servans, delaissés par feue Anne Fillez, veuve en secondes noces de feu Philipes Degages, maitre battelier de la navigation de Condé »

Je ne vous cacherai pas que je suis assez embêtée par le vocabulaire en ce qui concerne cet inventaire, je ne m’y connais vraiment pas assez en bateaux ! Pour ceux à qui ça parlera :

Il s’agit donc d’ « un batteau de Hayne à six planches » avec « un mas, le devicque et sacsus, une semacque avec le tonneau, un harnas et une escouade, une pompe, deux bouts d’annequin, trois otieux et une perche, un grand et petit gambréz« .

« Dans le ploate » il y a « un demy cachelin et un treil, deux bertons de mas, trois doubles blos et six simples, une carelle ou pot au terque, un fin treil de surin, plusieurs havets de fer, un ancre de fer. »

« Dans le roeux » se trouvent « un vieu treil, une tinnette, un fer à feux d’houillés, une pincette, pelle à feux, potiere et cramelie, un cofre de bois blanc, un oyau, marteau et deux pelles, deux fournois et deux calfotois, une pleine et un rabot, une bare à pots et deux chesses, un matelat de laine, deux traversins et un oreiller de plumes. »

bateau
Inventaire du bateau DEGAGE-FILLET à Condé – 1727 – AD59

Les ventes aux enchères

Le mobilier de la défunte, qu’il se trouve dans la maison ou dans le bateau, sera vendu aux enchères. Le notaire se charge de faire la publicité de la vente, à l’aide de deux affiches exposées à Condé (une au portail de la paroisse et une au pont d’Escaut) et six affiches exposées à Tournai et Mortagne.

« On fait scavoir que Me Desroches, notaire, à l’intervention des sieurs exécuteurs testamentaires, exposera en vente, au plus offrant et dernier encherisseur, les meubles et effets delaissés par feue Anne Fillez, veuve en secondes noces de feu Philipes Degages, Me battelier de la navigation de cette ville de Condé, aux charges et conditions de la criée.

Le recours se tiendra au pied de la maison mortuaire, mardy prochain, douze du present mois d’aoust 1727 a neuf heures du matin, partant ceux &.

On fait aussy scavoir qu’on exposera pareillement en vente un batteau de Hayne a six planches, flotant sur la riviere d’Escaut, avec les cordages, outils et autres effets y servans, delaissés par lad veuve Degages, aux conditions de la criée.

Le recours se tiendra sur ledit batteau, presentement flotant contre la grande escluse de cette ville, samedy prochain, seize du present mois d’aoust 1727, a dix heures du matin, partant ceux &. »

Les objets sont à nouveau cités un à un, avec à chaque fois leur prix et le nom de leur acquéreur. Les effets sont également décrits plus en détail que dans l’inventaire initial. J’ai tout retranscrit… c’est long et fastidieux… très long et très fastidieux même ! Je me contenterai donc d’en extraire ici les faits les plus marquants.

La vente des meubles et effets situés dans la maison mortuaire est réalisée les 12 et 13 août 1727, pour un montant de 1684 livres 17 sols. Les objets qui se vendent le mieux, si on exclut le charbon, les fagots et les tonneaux, sont une faille de soie noire (32#), un manteau de femme d’estamine d’Amiens cannelle (10#), une couverte de laine jaune (11# 5s), deux matelas de laine (21# 10s et 23# 10s), un traversin de plume (16#), une gourdine de lit de demi-carpette rayée neuve (12#) et une écuelle d’argent (38# 6s). Certains nouveaux objets font même leur apparition, comme un jeu de quilles et une boule !

C’est ensuite le bateau et les effets s’y trouvant qui sont vendus le 16 août 1727, pour un total de 3065 livres 3 sols. Les objets les mieux prisés sont un demi gachelin (41#), une micque (11#), une escouade (40#), une devicque (17# 5s), une pompe (11# 5s), une semacque (51#), le mât du bateau (10# 15s), le harnas du bateau (190#) et un pot de fer au terque et un grand ancre de fer (14#). [Je ne comprends rien à ce que j’écris, c’est fantastique !] Le bateau lui-même est acheté 2550 livres par un certain Jacque Philippe TRUFIN.

C’est ainsi que sont écoulés les objets d’une vie ! Bien sûr les enfants d’Anne FILLET font partie des nombreux acquéreurs, mais beaucoup d’effets seront dispersés en dehors de la famille à cette occasion. Je serai amenée à vous reparler de son fils Jean Joseph DEGAGE dans quelques jours.

12 réflexions sur “I comme Inventaires : Philippe DEGAGE et Anne FILLET

  1. Tu as du effectivement passer beaucoup de temps à transcrire et répertorier tous les objets de l’inventaires après décès et de la vente mobilière, d’autant que les objets étaient nombreux ! Je me suis toujours dit que c’était dommage de voir tous ces biens vendus… Toute une vie disséminée un peu partout. Pourtant, après le décès de mon père et la vente de la maison de mes parents, nous avons du faire de même, ne pouvant tout garder…

    Aimé par 1 personne

  2. « un mas, le devicque et sacsus, une semacque avec le tonneau, un harnas et une escouade, une pompe, deux bouts d’annequin, trois otieux et une perche, un grand et petit gambréz« . J’aime bien cette phrase. On n’y comprend pratiquement rien, mais les sonorités sont intéressantes, presque exotiques. Bateau, voyage…
    Merci pour ce bel article !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s