La vérité sur Jeanne CLAIR, épouse GAUTHE

Cet article a vu le jour suite à une discussion sur Twitter au sujet des erreurs que l’on peut trouver sur Geneanet, et qu’il n’est parfois pas facile de faire corriger. Wilfried Lehoux a proposé sa solution, à savoir d’en faire un sujet d’article, ce qui m’a donné l’idée de ce billet.

Voici donc la vérité sur mon ancêtre Jeanne CLAIR, épouse de Claude GAUTHE !

Le contexte

Mes ancêtres Jeanne CLAIR et Claude GAUTHE ont vécu à Mhère (58) au début du XVIIIe siècle. Le couple s’est marié le 30 avril 1709 à Montreuillon (58), village d’origine de Jeanne, pour s’installer par la suite au bourg de Mhère où ils donneront naissance à cinq enfants : François (1710), Marie (~1712), Jeanne (1714), François (1716) et Gilberte (1718).

1709-04-30 mariage Gauthé-Clerc
Mariage GAUTHE-CLAIR à Montreuillon – 1709 – AD58

« Le trante du mois d’avril mil sept cent neuf apres avoir publié les bans a trois dimanches consecutifs de paroisse entre Mre Claude Gauthé fils de feu Philbert Gauthé et de Claudine Pauper ses pere et mere de la paroisse de Mayre d’une part et entre Jeanne Clert fil veve de feu Jean Marchebeau de la paroisse de St Jaques les Montreuillon de leurs part jay resu deux la promesse et consentement de mariage et ay fait les ceremonies accoutumées et celebré le mariage en la dicte eglise es presence Mre Feliot. »

L’acte de mariage n’est pas filiatif en ce qui concerne Jeanne, mais on apprend qu’elle est veuve d’un certain Jean MARCHEBOUX. Plusieurs signatures figurent en bas de l’acte, dont la très belle signature de l’époux. Ce dernier exerce le métier de marchand cabaretier et drapier.

Claude GAUTHE décède peu après la naissance de la petite dernière, le 15 mai 1718 à Mhère. Jeanne se remariera par la suite avec Pierre GILLOT, lui aussi marchand, le 1er août 1719 à Mhère.

1719-08-01 mariage Gillot-Lecler
Mariage GILLOT-CLAIR à Mhère – 1719 – AD58

« Le premier aoust 1719 ontes receu la benediction nuptialle Pierre Gillot fils de Dominique Gillot et de Leonarde Judas dune part, et Jeanne le Clerc veuve de Claude Gauthé d’au[tre], tesmoins Lannig? curé de Montigny Marcelet Darlot Mineau Pigory soubsignés. »

Elle y décédera le 26 novembre 1730.

1730-11-26 décès Lecler Jeanne
Décès de Jeanne CLAIR à Mhère – 1730 – AD58

« Cejourdhuy vingt six novembre mil sept cent trente a étée inhumée dans la nefe de l’eglise proche l’autel de Notre Dame de Consolation le corps de honnette Jeanne Lecler femme d’honorable Pierre Gillot marchand demeurant au bourg de Mehere laquelle est decedee apres avoir eté munie des SS sacrements de l’eglise es presence dudit Gillot son mari de Me Pierre Miron notaire au duché demeurant audit lieu et de Gabriel Mercelet lesquels se sont soussigné avec moy. »

L’ascendance de Jeanne selon Geneanet

Les six arbres en ligne sur Geneanet faisant mention du couple GAUTHE-CLAIR font naître Jeanne à Montreuillon le 8 mai 1689, de Jean CLAIR et Jeanne BERTRAND :

1689-05-08 naissance Clair Jeanne
Naissance de Jeanne CLAIR à Montreuillon – 1689 – AD58

« Le 8e may 1689 est née et a eté baptisée Jeanne fille de Jean Clair et de Jeanne Bertrand ses pere et mere le parrein a été Philbert de Charrette et la marreine Jeanne Gaulon le parrein signé avec moy. »

Cette ascendance présente plusieurs problèmes (en plus de ne pas être prouvée) :

  • Jeanne aurait eu 20 ans lors de son mariage avec Claude GAUTHE. Or elle était déjà veuve : c’est possible, si son premier mariage a été vraiment très court, mais ce n’est pas évident.
  • Et surtout il y a un problème de statut social : Jeanne CLAIR a fait deux mariages avec des marchands, elle est qualifiée de « honnête » et sera enterrée à l’intérieur de l’église. Or Jean CLAIR et Jeanne BERTRAND sont de simples manœuvres…

La clé et la véritable ascendance de Jeanne

Les relevés du CGHNM (consultables sur Filae) indiquent un mariage de Jeanne CLAIR avec Jean MARCHEBOUX le 25 septembre 1702 à Montreuillon. Malheureusement cette date tombe dans une lacune des registres en ligne sur le site des archives départementales (de manière générale dans le Morvan, les collections communales sont plus riches que les collections départementales, ce qui ne facilite pas la tâche des généalogistes). Mais on peut déjà dire que si Jeanne était réellement née en 1689, ça la ferait bien jeune pour se marier…

Il faudrait se déplacer en mairie pour consulter cet acte et savoir s’il est oui ou non filiatif : cela fait partie de ma « to-do list » mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire…

Mise à jour du 04/08/2020 : J’ai eu l’occasion de me rendre à la mairie de Montreuillon ce matin, où j’ai pu récupérer ce fameux acte… qui n’est pas filiatif :

1702-09-25 mariage Marchebout-Clert
Mariage MARCHEBOUX-CLERT à Montreuillon – 1702 – Archives municipales de Montreuillon

« Le 25me 7bre 1702 jay donné la benediction nuptialle a Jean Marcheboux et Jeanne Clert en presence de leurs peres et meres qui ne signent »

Par contre, j’ai eu l’occasion de me rendre à la mairie de Mhère, où j’ai trouvé l’acte de mariage de Marie et Jeanne GAUTHE, deux des filles de Jeanne CLAIR :

1731-01-30 mariage Gauthé-Gauthé (1)
Mariages GAUTHE-GAUTHE à Mhère (1) – 1731 – Archives municipales de Mhère
1731-01-30 mariage Gauthé-Gauthé (2)
Mariages GAUTHE-GAUTHE à Mhère (2) – 1731 – Archives municipales de Mhère

« Cejourdhuy trente de janvier mil sept cent trente et un apres les publications de bans faites par trois dimanches consecutifs aux prones des messes paroissialles de ce lieu sans quil sy soit trouvé d’opposition ny empechement canonique comme il parois par la lettre de rendeu de Mr Bertin desservant a Montreuillon dattée du vingt neuf de janvier mil sept cent trente et un ont la benediction nuptialle Philibert Gauthé fils de Philibert Gauthé et de defunte Jeanne Bourdot ses pere et mere avec Marie Gauthé fille de defunt Claude Gauthé et de fue Jeanne Cler marchand cabaretier au bourg de Mehere et Jean Gauthé aussy fils dudit Philibert et de laditte Jeanne Bourdot avec Jeanne Gauthé aussi fille dudit Claude Gauthé et de laditte Jeanne Cler apres avoir receu leurs consentement de present et ce es presence de Philibert Gauthé pere desdits Philibert et Jean Gauthé de Claude Girard honcle desdits Marie et Jeanne Gauthé de Me Pierre Gillot leur beaupere et de Maitre Etienne Bourdilliat demeurant au bourg de Mehere et de Maitre Joseph Bonamour chirurgien juré demeurant a Montreuillion lesquelles se sont soussigné avec moy ledit Philibert Gauthé qui a declaré ne scavoir signer enquis. »

C’est cet acte qui contient la clé du problème. Il mentionne en effet Claude GIRARD comme étant oncle des épouses… et donc potentiellement beau-frère de Jeanne CLAIR ! Une vérification rapide permet en effet d’identifier le mariage de Claude GIRARD avec une certaine Marie CLAIR le 28 juillet 1701. Et par chance, ce mariage est filiatif !

mariage Girard
Mariage GIRARD-CLAIR à Montreuillon – 1701 – AD58

« Le 28me jullie 1701 ont eté marié touttes formalités accoutées Claude Gyrard fils de Pierre et de Françoise Gauthé et Marie Cler fille d’Anthoinne et de Jeanne Petit de la meme par en presence de leurs principaux parents qui ont signé avec moy. »

Le couple CLAIR-PETIT s’est marié en 1680 à Montreuillon : Jeanne fait probablement partie des aînées de la fratrie (je n’ai pas trouvé son acte de baptême, toujours à cause de ces maudites lacunes), ce qui lui permettrait d’être suffisamment âgée pour se marier en 1702. De plus Antoine CLAIR est dit laboureur dans son acte de mariage : les laboureurs pouvaient êtres plus ou moins aisés, mais c’est pour sûr déjà beaucoup mieux que manoeuvre.

Et voilà donc une erreur corrigée !

 

6 réflexions sur “La vérité sur Jeanne CLAIR, épouse GAUTHE

  1. Excellente démonstration !
    Démonstration des erreurs commises trop fréquemment (ça nous est tous arrivés ^^), notamment l’idée de se dire que puisque un mariage n’est pas du tout filiatif, on a juste à trouver environ 20 ans un baptême d’une personne avec ces noms. Malheureusement, ça ne fonctionne pas souvent !
    Mais surtout, c’est une excellente démonstration d’une des méthodes généalogiques : la déduction à partir d’indices.
    L’oncle est souvent la clé ou le frère/beau-frère.

    Bravo pour la recherche et la découverte. Et l’article fut très plaisant à lire 🙂

    Thomas, de Sacrés Ancêtres!

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup Thomas pour le commentaire et les compliments ! Je ne me targue pas d’être irréprochable, je suis sûre que mon arbre contient plein d’erreurs de ce genre, alors quand j’en identifie une et que j’arrive à la corriger ça fait plaisir ! Et oui je confirme les frères et soeurs sont d’une aide précieuse !

      Aimé par 1 personne

  2. CQFD. Je n’ai que cela à dire !
    Très belle démonstration en tout cas.
    J’ai pu retrouver également des erreurs que j’ai pu corriger. Malheureusement, beaucoup de propriétaires d’arbres refusent de répondre lorsqu’on les avertit. C’est très dommage.
    Ton article montre également qu’il est primordial d’étudier les collatéraux qui peuvent débloquer beaucoup de blocages.
    Merci Christelle pour cet article !

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Christelle.

    J’ai eu cas un peu similaire (mais moins compliqué), un mariage sans filiation maternelle. Heureusement, dans l’acte de mariage de leur fils, il y avait une tante et son époux. Et la mariage de la tante était filiatif.

    à bientôt.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s