Paul Joseph PIET, père et fils : du dépôt de Port-Louis au château de Rouville

Je vais vous parler de mes ancêtres Paul Joseph PIET, père et fils, qui ont vécu dans le Loiret. Le père, conscrit réfractaire, aura un destin tragique. Quant au fils, il deviendra garde particulier du château de Rouville.

map
Carte Cassini du Malesherbois avec les lieux cités dans cet article – Géoportail

Paul Joseph PIET (père)

Paul Joseph PIET naît le 1er octobre 1783 à Guignonville (45), de Elie Joseph et Marguerite Véronique MINIER.

b
Baptême de Paul Joseph PIED à Guignonville – 1783 – AD45

Son père est cultivateur et vigneron ; il décède le 12 floréal an XI à Guignonville, à l’âge de 63 ans. Sa mère décède à son tour le 22 fructidor an XII, à l’âge de 55 ans.

Après le décès de ses parents, Paul Joseph s’installe à Labrosse (45). En 1810, alors qu’il a 26 ans, il fait connaissance avec une jeune veuve âgée de 37 ans, Geneviève Elisabeth VALLET. Geneviève est née à Boissy-aux-Cailles (77) le 13 janvier 1771 de Pierre et Elisabeth GUYON ; elle est veuve de Victor POCHON, avec qui elle a eu cinq enfants et qui est décédé le 21 septembre 1809.

Paul et Geneviève se marient dès le 30 juillet 1810 à Labrosse :

m
Mariage PIET-VALLET à Labrosse – 1810 – AD45

« L’an mil huit cent dix le trentieme jour du mois de juillet a dix heure du matin pardevant nous Jean François Bignet, maire de la commune de La Brosse canton de Malesherbes Departement du Loiret sonts comparus Paule Josephe Piet garçon chertier agé de vingt six ans demeurant en cette commune né a Guignonville le premier jour d’octobre mil sept cent quatrevingtrois comme il est constaté par l’acte de naissance delivrée a la mairie de Guignonville le dix sept octobre mil huit cent neuf, fils de défunt Elie Josephe Piet et de Marguerite Minier décédé a Guignonville comme il est constaté par les actes de décès delivrée a la mairie de Guignonville le vingt quatre juin mil huit cent dix en leurs vivant cultivateur demeurant en la commune de Guignonville d’une part
Et dame Genevieve Vallé agé de trente sept ans veuve de defunt Victore Pochon decedé a la Brosse le vingtun septembre mil huit cent neuf comme il est constaté par l’acte de décès delivrée a la mairie de la Brosse le vingt neuf juillet mil huit cent dix laditte Elisabete Genevieve Vallét né a Boissy aux Caille le traize janvier mil sept cent soixante et onze constaté par l’acte de naissance delivrée a la mairie de Boissy aux Cailles le vingt huit juillet mil huit cent dix fille de Pierre Vallée et de defunte Elizabete Giont ses pere et mere cultivateur demeurant en cette commune d’autre part
Lesqueles nous onte requis de proceder a la celebration du mariage projeté entre eux et donc les publication onte été faite devant la principal porte de la maison commune scavoir le dimanche quize juillet et la seconde le vingt deux juillet present mois nul opposition né nous etant parvenue faisant droit a leurs requisition et après avoir donné lecture des pieces cidesus mantionnée et du chapitre VI du titre du Code Civil intitulée du mariage, avons demandé au future epoux et la future epouse sil veulent se prendre pour mari et pour femme chacun deux ayante repondue separement et affirmativement oui declaron au noms de la loi que Paule Josephe Piet et Genevieve Vallét sont unis par la mariage de quoy nous avons dressée le present acte en presence de André Deshayes vigneron agé de soixante et deux ans et Jean Baptiste Guin cultivateur agé de quarente quatre ans temois du coté du future et amis dudit demeurant en cette commune, et Pierre Vallet agé de soixante six ans pere de la future et Louis Pochon agé cinquante and tous cultivateur demeurant en cette commune du coté de la future et onte signé avec nous le present acte après quil leur en a été fait lecture exepté Pierre Vallet qui a declarée ne savoir »

Il était temps, car trois mois après, le 9 novembre 1810, naît un fils, qui s’appellera Paul Joseph PIET comme son père !

n
Naissance de Paul Joseph PIET à Labrosse – 1810 – AD45

« L’an mile huit cent dix le neufieme jour du mois de nouvanbre à neuf heure du matin pardevant nous Jean François Bignet maire de la commune de la Brosse Canton de Malesherbes Departement du Loirit est comparu Paule Josephe Piet agé de vingt sept ans laboureure demeurant en cette commune lequele nous apresenté un enfants du sexe masculin, ne d’hiert à huit heure du soirt de luy declarant et de Genevieve Elizabet Vallée son epouze auquele il a declarée voulloire donnere les prenons de Paule Josephe la ditte declaration et presentation faite en presence de Louis Greaux âgé de cinquante ans et de Louis Pierre Pouzot âgé de quarante ans tous deux vigneron demeurant en cette commune et onte le pere et temoins signée avec nous le present acte de naissance après qu’il leurs en a été faite lecture »

Un bonheur de courte durée…

La vie aurait pu ainsi s’écouler tranquillement pour Paul Joseph PIET, son épouse et leur nouveau-né… mais les temps sont troubles, les guerres napoléoniennes font rage et l’Empire a besoin d’hommes. Paul Joseph est désigné pour la conscription.

Mais il ne voit pas les choses de cette façon. Il refuse d’être enrôlé et ne se présente pas au recrutement. Or la loi du 6 floréal an XII est claire : « Tout conscrit absent qui aura été désigné pour faire partie du contingent aura un mois pour se présenter devant le capitaine du recrutement. Celui qui, a l’expiration du délai d’un mois, ne se sera point présenté ou n’aura pas fait admettre un suppléant sera, sur la plainte du capitaine du recrutement, déclaré par le préfet ou le sous-préfet, conscrit réfractaire… ». En moyenne il semble qu’entre 1806 et 1810 les réfractaires représentent en France 6% des jeunes gens appelés à la conscription. A partir de 1808, les conscrits réfractaires sont regroupés dans plusieurs dépôts de conscrits dans tout l’Empire.

Peut-être Paul Joseph a-t-il essayé de se cacher pour échapper à la guerre ? Je ne connais pas les détails, mais son destin le rattrapera : la décision est prise de l’envoyer au 6e dépôt de conscrits réfractaires de Port-Louis (56) !

pl
Plan de la citadelle de Port-Louis – 1 Fi 32-4 – AD56

Mais il semble que Paul Joseph PIET ne soit jamais arrivé au dépôt. Il est admis à l’hôpital de Rennes (35) le 11 juillet 1811, je suppose en s’y rendant.

map2
De Labrosse (45) à Port-Louis (56), en passant par Rennes (35) – Google Maps

Il y décède un mois et demi plus tard, le 2 septembre 1811, à l’âge de 28 ans, « par suite de fièvre » :

1811-09-02 décès piet paul
Décès de Paul PIET à Rennes – 1811 – Archives Municipales de Rennes

« Du décès de Paul Piet agé de trente un ans conscrit du 6e depot de conscrits a Port Louis natif de Guignonville Departement du Loiret décédé audit hôpital le deux de ce mois deux heures du matin par suite de fievre nous avons dressé le present sous notre seing »

Étonnamment, la retranscription de son acte de décès à Guignonville en dit plus que l’original :

dc
Retranscription du décès de Paul Joseph PIET à Guignonville – 1811 – AD45

« Paul Joseph Piet agé de trante un ans conscrits du sixième depot de conscrits refractaire de Port Louis natif de Guignonville canton d’Outarville, departement du Loiret est entrés a l’hopital de Rennes le onze du mois de juillet, l’an mil huit cent onze, et y est décédé le deux du mois de septembre par suite de fièvre. Le presant extrait est certifiée véritable, par le sieur Crochard économe de l’hopitale de Rennes, le deux du mois de septembre mil huit cent onze signés Crochard.
Pour coppie conforme a l’extrait qui nous est parvenu »

rennes
Hôpital Militaire de Rennes – AD35

Le petit Paul Joseph se retrouve donc orphelin de père à l’âge de 8 mois…

Sa mère Geneviève VALLET ne se remariera pas. Elle décédera 30 ans plus tard, le 4 août 1841, à Labrosse, à l’âge de 70 ans. Son acte de décès la dit « veuve de defunt Victor POCHON », ignorant superbement son second mariage avec Paul Joseph PIET. Un inventaire après décès sera réalisé, que je dois encore me procurer.

Paul Joseph PIET (fils)

Paul Joseph (fils) épouse Marie Geneviève BOUVARD le 19 juillet 1830 à Coudray (45), où cette dernière est née le 20 brumaire an XIV au hameau de Maisoncelle. Elle est fille de Jean Jacques BOUVARD et Marie Geneviève GREAU.

m2
Mariage PIET-BOUVARD à Coudray – 1830 – AD45

« L’an mil huit cent trent le lundy dis neuf juillie seur le neuf heur du matin pardevant nous Francois Delafoy maire et officier de l’etat civil de la commune de Coudray canton de Malesherbes arrondissement de Pithiviers departement du Loiret sont comparu Paule Jausephe Piet âge de dis neuf an et demi né a la Brose le neuf novenbre mil huit cent dis comme il est constaté au Registre deladite commune de la Brose manouvriere domiciliere chéz sa mere veuve auladite de la Brose fils mineur de de feu Paule Jausephe Piet manouvriere ansonvivant domicilier a la Brose et decedé le deus septembre mil huit cent onze a laupital Renne comme il est contaté par son acte de decée au Registre de la commune de Renne au bestaine ? et de Genevieve Elizabet Valet domicilier a la Brose se pere et mere present et consantant
et de Marie Genevieve Bouvard agé de vingt quatre an ne a Mausonselle commune de Coudray le vingt brumaire an lan quatorze de la Republique francois comme il est constaté pare son acte de naissance au Registre de la dite commune profession de de domestique fille majeur de Jacque Bouvard vigneron domicilie au hameau de Mausonselle commune de Coudray et de feue Genevieve Greau decesdée le huit mai mil huit cent quatorze daladit commune ces pere et mere present et consentans lesquel nous ont raiquis de procéder a la célebration du mariag projesté entre eus et dont les publication ont été fait devant la principale porte d’entre notre maison commune savoire la premiere le dimanche le quatre juilliet et la seconde le dimanche le onze du mêm mois toustes deus à l’heur de midi les parailles publication ont été fait dan la commune de la Brose canton de Malesher les quatre et onze juilliet mil huit cent trent tou deus a leur de midi par monsieur Guin maire de la dite commun aucune opposition audit mariage ne nous ayante été signifiée faisant droit a leure requisition apres avoire donné lecture de tous les piece cis dessu mantionné et chapitre sis du titre du code civil intitulé du mariage avons demandé au future épous et a la future épouse sils vouslant se prendre pour marie et pour femme chacun d’eus ayant repondu séparement et affirmativement que oui declaron au non de la loi que Paulle Joseph Piée et Marie Genevieve Bouvard sont uni par le mariage de quoi en avon dreser acte en presence de Louis Greau agé de quarent huit an vigneron domicilier au hameau de Mausonselle ce et en presence de Jean Basthis Gain agé de cinquant sis an cultivateur a la Brose onque du conte de lespous et de Hureau intituteure dan la comme de Coudray agé de vingt sis an comm ami du conté de lepous et de Louis Greau âgé de quarent huit an onque du coté de l’epouse an cose de de fin Genevieve Greau sa seure et de Marie Pasquet leur ami du coté de les pouse les fusture epous et la future et pouse ont de claré ne savoire signé le temoins ont signé avec nous les present acde mariag aprè lecture fait »

[Avez-vous autant souffert en lisant cet acte que moi en le transcrivant ? On peine avec le rédacteur tant l’orthographe est laborieuse !]

Encore une fois, il était temps pour ce mariage : Paul Joseph PIET, troisième du nom (!), naît moins d’un mois plus tard, le 16 août 1830 à Maisoncelle ! Par la suite, le couple aura au moins cinq autres enfants : Théophile (1832), Marie Césarine (1836), André Etienne (1839-1843), mon ancêtre Florentin (1844-1921) et Aline (1848).

Paul Joseph PIET exerce la profession de manouvrier, vigneron, cultivateur, mais aussi garde chasse et garde particulier. On peut reconstituer ainsi sa ligne de vie à partir de son mariage :

  • 1830-1832 : manouvrier et vigneron à Maisoncelle, commune de Coudray (45)
  • 1836 : garde-chasse à Mainvilliers (45)
  • 1839-1844 : garde particulier au château de Rouville, commune de Malesherbes (45)
  • 1848-1887 : manouvrier et cultivateur à Rouville, commune de Malesherbes (45)

Paul Joseph PIET cesse d’être garde particulier au château de Rouville entre 1844 et 1848. Mais c’est une affaire de famille car en 1897, c’est son fils Théophile qui occupera cette place !

rouville
Le château de Rouville, commune de Malesherbes – 11 FI 2870 – AD45

Marie Geneviève BOUVARD décède le 28 avril 1887 à Rouville, à l’âge de 81 ans. Paul Joseph PIET, devenu veuf, s’installe chez son fils Florentin, qui habite à Malesherbes. Il y décède le 11 septembre 1897, route de Pithiviers, à l’âge de 86 ans.

d
Décès de Paul Joseph PIET à Malesherbes – 1897 – Archives Municipales de Malesherbes
Publicités

6 réflexions sur “Paul Joseph PIET, père et fils : du dépôt de Port-Louis au château de Rouville

  1. Les PIET : une saga familiale et généalogique ! Une belle façon de rendre hommage à tes aïeux.
    L’histoire de la conscription me parle puisque je suis en train de travailler dessus pour mon #Projet3Mois ; malheureusement ton ancêtre est décédé, comme beaucoup, de fièvre à l’hôpital.

    Aimé par 1 personne

  2. 0054187555c

    Oh là là quel travail, quelle recherche !! c’est passionnant. Tu ne peux t’imaginer à quel point tous ces renseignements me font plaisir. C’est sûr que tu as dû t’amuser à retranscrire ces textes qui sont difficiles à lire. Je te remercie très sincèrement pour ce cadeau. Je t’embrasse.

    Aimé par 1 personne

  3. Beatrice

    Il est vrai que la retranscription fait mal aux yeux et qu automatiquement on a bien envie de corriger l orthographe ! 🙂 Merci pour cette petite saga familiale très intéressante et bien agréable à lire.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s