O comme Oncle Pierre : vous avez dit oncle Pierre ?

Le thème de ce challengeAZ 2018 est ma branche morvandelle. Pour cette lettre O, et dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, je vais vous parler du « mystérieux » Oncle Pierre.

Cette histoire commence dans la « boîte à trésors » de ma grand-mère, qui renferme de vieux papiers, des photos, des montres à gousset et un portefeuille. On y trouve également une carte postale adressée à Joseph BROT (1911-1922), le frère de ma grand-mère décédé à l’âge de 11 ans.

Pierre Marcel (1)
Photo-carte représentant l’oncle Pierre (recto) – collection personnelle
Pierre Marcel (2)
Photo-carte représentant l’oncle Pierre (verso) – collection personnelle

Cette carte dit : « Bonjour mon neuveu, je t’embrasse bien fort, je souhaite une bonne santé à tous. Pierre. Sur cette carte vous pouvée voir mais deux pur sang et moi entrin de conduire à l’abrevoir. »

Mais qui peut bien être cet « oncle Pierre » qui appelle Joseph « mon neveu » ? Aucun Pierre qui puisse correspondre dans mon arbre généalogique… Une autre photo dans la boîte représente le même homme :

Pierre Marcel (3)
Portrait de l’oncle Pierre – collection personnelle

C’est resté un mystère jusqu’à la mise en ligne des tables de recensement de la Nièvre. Et voilà une piste pour résoudre mon énigme généalogique : un nommé Pierre MARCEL apparaît sur les recensements de 1896, 1901, 1906 et 1911 dans le foyer de mes ancêtres Etienne BROT et Marie Julienne PETITIMBERT. Né à Paris le 15 avril 1891, il est dit tour à tour « enfant assisté » en 1896, « assistance publique » en 1901, « domestique ouvrier agricole » en 1906 et « domestique de ferme » en 1911.

recensement
Recensement de 1906 – commune de Mhère – hameau de L’Haut de la Chaux – AD58

Pierre MARCEL a donc été élevé avec Etienne « Auguste » (de 6 ans son aîné, qui deviendra le père du petit Joseph) et Maria BROT (de 9 ans sa cadette). Il fait partie de ces « Petits Paris » accueillis par milliers dans le Morvan : le nombre d’enfants abandonnés ou orphelins ayant explosé suite à la révolution industrielle, le Morvan s’est spécialisé dans l’accueil des enfants de l’Assistance Publique de la Seine ; ils seront 47000 à être accueillis au XIXe siècle.

Il est tout à fait possible que le jeune Pierre ait été considéré comme un des enfants de la famille, et donc que Joseph l’ait plus tard considéré comme son oncle ! Reste à prouver tout cela.

Son acte de naissance à Paris 4ème arrondissement ne m’en apprend pas beaucoup plus ; la déclaration a été faite par la sage-femme, les parents ne sont pas dénommés.

prov
Acte de naissance de Pierre Marcel – AD75

Les photos à ma disposition représentant un militaire (on peut lire « 37 » sur sa casquette sur la première photo, ainsi que sur son col sur la deuxième, ce qui doit être le numéro de son régiment), je me suis tournée vers les registres matricules de la Nièvre. Pas de Pierre MARCEL, mais un Marcel PIERRE :

1911-matricule-pierre
Fiche matricule de Marcel PIERRE – AD58

Pierre / Marcel a bien été mobilisé dans la classe de 1911 sous le matricule 1110. Il a les cheveux « châtain moyen », les yeux gris, une bouche petite et mesure 1m75. Il a été intégré au 37e Régiment d’Artillerie en tant que 2ème canonnier conducteur : le régiment est le bon, j’ai bien identifié mon homme !

Par la même occasion, on apprend sur sa fiche que Pierre a été tué à l’ennemi le 12 décembre 1916 aux Saules à Herbécourt dans la Somme. A peine identifié, et le voilà déjà mort d’une fin tragique… (Gros pincement au cœur)

J’ai essayé d’en apprendre plus en allant consulter le journal de marche du 37e Régiment d’Artillerie à cette période, et voici ce que j’ai trouvé à la date du 12 décembre 1916 :

JMO
JMO du 37e régiment d’artillerie de campagne, 3e batterie (1914-1919) – vue 19/33 – Mémoire des Hommes

« Dans le courant de la journée, vers 16h30, les 2 canonniers Coffin Michel et Pierre Marcel sont tués sur la route d’Herbécourt à Flaucourt, pendant l’exécution d’une corvée. »

On retrouve également la fiche de Pierre Marcel parmi celles des morts pour la France, et son nom sur le livre d’or et le monument aux morts de la commune de Mhère.

mpf
Fiche « Mort pour la France » – Mémoire des Hommes

Ça m’a particulièrement attristée que la mémoire familiale ne m’ait pas transmis le souvenir de « Pierrot », le petit frère de mon arrière-grand-père. La prochaine étape pour compléter ce devoir de mémoire : aller sur sa tombe pour lui rendre un dernier hommage (la n°2247 à la nécropole nationale de Dompierre-Becquincourt dans la Somme).

Publicités

5 réflexions sur “O comme Oncle Pierre : vous avez dit oncle Pierre ?

  1. Très belle enquête et très bel hommage aussi. Je trouve très émouvant de trouver un « oncle de coeur », qu’il soit rester un membre de la famille malgré tout. Les photographies sont magnifiques également, j’aime particulièrement celle avec les deux chevaux. Pour le portrait militaire, j’ai la même de mon AAGP (sur mon Blog aussi). « Pierrot » est considéré comme « oncle » dans votre arbre, ou il a une place à part ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s